actuellement 18200 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Salim Aggar
publié le
01/12/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Financement du cinéma algérien
Le parcours du combattant des cinéastes
Aujourd'hui, aucun producteur algérien ne vit de ses films et surtout aucun producteur ne s'est illustré sur la scène internationale, à l'instar des Tunisiens Tarek Ben Amar ou Attia, des Français Claude Berri et Luc Besson et, encore moins, des Américains Steven Spielberg ou Clint Eastwood. En Algérie, le financement d'un film est un véritable parcours du combattant et souvent, le réalisateur y laisse son coeur et sa raison. Le cinéma est une profession qui n'est soutenue par personne et la réhabilitation du métier de réalisateur reste une affaire de conviction, d'honneur, voire une question de vie ou de mort.

Salim Aggar

haut de page







   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>