actuellement 18081 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
21/12/2008
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Mostéfa Djadjam


Werner Schroeter


Nuit de chien (2008), de Werner Schroeter (Allemagne)



retour
 
Festival de Toronto : un Chef d'oeuvre argentin

Très consistant programme au 33e festival de Toronto. En séance de presse, un film argentin, un oiseau rare, de Carlos Sorin. La Ventana a fait salle comble à la salle Varsity 6.
Le précédent film de Carlos Sorin, Historias Minimas, a fait le tour du monde. La Ventana (La fenêtre) aussi sûrement.

L'histoire se passe aujourd'hui en Patagonie. Antonio, le maître d'une grande Hacienda, est arrivé à la fin de sa vie. Soigné par sa gouvernante Maria Del Carmen et par une jeune domestique, Emilse, Antonio ne quitte plus le lit et sa grande solitude est trouble seulement quand le médecin vient en visite et avec lequel il a de longues discussions, des échanges littéraires passsionnés.
Un jour, le docteur prend un livre dans la bibliothèque et on voit que c'est L'Histoire de l'Infâmie de J-L Borges, dans l'édition originale. Antonio offre l'ouvrage à son médecin qui est si étonné d'avoir un tel livre précieux entre ses mains.
Pendant ce temps, la maison est en pleine agitation. Pablo, musicien célèbre, fils d'Antonio revient d'Europe,il faut que tout soit prêt pour cette visite tant attendue, chambre d'hôtes, champagne, etc… Antonio veut aussi quitter exceptionnellement son pyjama et mettre de beaux habits.
Mais soudain il ouvre la fenêtre de sa chambre et la beauté de la pampa est si irrésistible qu'il s'évade, il met ses chaussures et son chapeau et part dans l'immense paysage de la Patagonie.
On le retrouvera plus tard allongé dans la prairie. On le ramène à l'Hacienda. C'est le signe de la fin.

Cette œuvre est d'une beauté visuelle époustouflante, baignée de grâce et de poésie. La lumière, la musique, la sonorité de la langue espagnole, le rythme lent du récit (on entend le tic-tac de l'horloge) : tout concourt à cette atmosphère bergmanienne ou les souvenirs de l'enfance et les rêves se mélangent dans l'irrémédiable solitude de la fin d une vie.
La Ventana est en effet du niveau de Bergman et de son chef d'oeuvre Les Fraises Sauvages à qui il fait continuellement penser.

D'un puissant récit de l'écrivain uruguayen Ornetti, le cinéaste allemand Werner Schroeter a tiré un film de deux heures très sombre : Nuit de chien, où l'acteur algérien Mostefa Djadjam joue le rôle d'un ministre d'un pays mysterieux et très inquiétant où les citoyens payent de leur chair et de leur sang la cruauté des clans qui s'affrontent avec une violence sans égale.
La mise en scène de Schroeter, combative, effrénée, dans une veine stylistique éblouissante, ne cache rien des traumatismes, des frayeurs, des actes révoltants et du chaos qui règne dans ce pays imaginaire (on voit un tableau de Goya) où l'on peut pourtant y reconnaître les multiples conflits qui déchirent aujourd'hui notre monde.
Pascal Grégory, le grand acteur français, dans le rôle central parcourt de bout en bout le récit et son personnage de médecin, résistant, humaniste nous guide à travers ce labyrinthe où la force brutale, les persécutions, les abus de pouvoir sont les seuls maîtres de la situation. C'est un thème récurrent chez Werner Schroeter : la fragilité des individus sans défense face à la brutalité, au cynisme et à la monstruosité des puissants au pouvoir.
Nuit de Chien nous montre pendant deux heures un déchaînement de violence carrément bestiale dont les victimes innocents ce sont ces habitants de la ville qui attendant sans espoir une place dans le bateau pour fuir.
Lundi soir, on est sorti très secoué de la salle Varsity du festival de Toronto par la force de cette oeuvre singulière.

Azzedine Mabrouki

haut de page





   liens artistes

Djadjam Mostéfa


Schroeter Werner


   vnements

04/09/2008 > 13/09/2008
festival |Canada |
33ème Festival International du Film de Toronto (TIFF, 2008)
33ème édition

   liens structures

El Watan
Algérie | ALGER

TIFFG
Canada | TORONTO

   liens festivals


festival | Toronto

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>