actuellement 18281 films recensés, 3179 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
19/05/2009
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Indigènes, un film de Rachid Bouchareb, 2006


Rachid Bouchareb


Un Prophète, de Jacques Audiard


Un Prophète


Soumission, coécrit par Ayaan Hirsi Ali


Submission


Theo Van Gogh, assassiné par Mohammed Bouyeri, en 2004.


Looking for Eric, de Ken Loach


Looking for Eric


Ken Loach et Eric Cantona


Taking Woodstock, d'Ang Lee


Taking Woodstock


Ang Lee (au premier plan)


Thirst (Bak-Jwi / Ceci est mon sang...), de PARK Chan-Wook


Thirst (Bak-Jwi / Ceci est mon sang...)


PARK Chan-Wook


Kinatay, de Brillante Mendoza


Kinatay, de Brillante Mendoza


Brillante Mendoza


Vengeance de Johnnie Tô


Johnnie Tô, sur le tournage

retour
 
Festival de Cannes 2009
Peur panique dans la salle

Il est déjà oublié le temps d'Indigènes où au festival de Cannes on saluait les braves soldats musulmans du Maghreb et d'Afrique sauveurs de la France de l'invasion nazie. Aujourd'hui, à Cannes on applaudit un film d'une violence extrême, portrait à résonance raciale d'un voyou maghrébin, terrible image de l'émigré arabe. C'est un film français réalisé par Jacques Audiard et intitulé Un Prophète. Ce titre malheureux a un rapport direct avec l'islam. Ce n'est ni subtil ni élégant de refaire le coup odieux du cinéaste hollandais Van Gogh qui a causé sa perte, et de ressortir la puante histoire des caricatures du journal danois. Le cinéma français peut-il glisser sur cette pente grotesque ? Le fait est qu'à Cannes les gens n'ont vu que du feu...

On ne sera pas injuste à l'égard de la sélection officielle puisqu'il y a une succession de beaux films déjà.
L'Anglais Ken Loach persévère dans ses bonnes idées et son talent reconnu en faisant à propos d'Eric Cantona un portrait attachant d'un fan du club Manchester United. Looking for Eric mérite bien sa place dans la compétition. Truffé d'humour et particulièrement agréable à voir, c'est aussi le cas de Taking Woodstock d'Ang Lee.

C'est la comédie "flower power" qu'on attendait sur la Croisette pour échapper à la tristesse de beaucoup d'autres films. Il y a maintenant plus de 40 ans, une bande de hippies américains a organisé un concert mémorable réunissant dans les champs plus de 500.000 personnes pendant trois jours et trois nuits pour écouter Joan Baez, Bob Dylan, The Who, The Grateful Dead et d'autres stars de la musique alternative. Ang Lee a reconstitué cet évènement historique avec un tournage haut en couleurs, psychédélique où 6000 jeunes figurants dansent, fument, aiment et protestent contre la guerre au Vietnam.

En 1993, Ang Lee a fait une comédie savoureuse Eat Drink Man Woman ("Salé Sucré"). Depuis, sa carrière s'est poursuivi de Taiwan à New York et fut marquée d'oscars et de Lions d'or à la Mostra de Venise.

Émanation directe de ce qui se passe dans le monde, les guerres et les horreurs quotidiennes,le programme du 62° Festival de Cannes a tendance de s'inspirer de l'actualité.
C'est le temps de l'angoisse, on dirait que les jeux terribles des PlayStation ont envahi le cinéma.

Grande panique dans la salle lors de la projection de Thirst, film sud-coréen de Park-Chan-Wook, un film de vampires. Une personne dans la salle s'est évanouie.

Insoutenable violence dans l'autre film Kinatay, du Philippin Brillante Mendoza, d'une nullité totale.

Étalage de sang et de cadavres dans Vengeance de Johnnie Tô, un spécialiste chinois du cinéma macabre qui va jusqu'à tirer à bout portant sur deux enfants cachés dans un placard. Où est le cinéma là-dedans ? Et que vient faire dans cette stupide histoire Johnny Hallyday, bon chanteur sans doute mais piètre acteur ?

Des frissons et sans doute des frayeurs à attendre aussi de Antichrist du réalisateur danois Lars Von Trier. Tout indique que comme pour Tarantino, les beaux jours de l'horreur ne sont pas finis.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Indigènes 2005
Rachid Bouchareb

Submission 2004
Theo Van Gogh


   liens artistes

Loach Ken


Tarantino Quentin


To Johnnie


Van Gogh Theo


von Trier Lars


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>