actuellement 16358 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
06/07/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Panaf 2009




Mohamed LAKHDAR-HAMINA




Mohamed Bouamari


Brahim Tsaki


Souleymane Cissé (à Cannes 2009)


Waati, poster américain


Waati, 1995


Sokona Gakou dans Min Yé...


Nour-Eddine Lakhmari (Maroc)




Rachid Bouchareb (France, Algérie)


Haile Gerima (Ethiopie)


Abderrahmane Sissako (Mauritanie)


Mahamat-Saleh HAROUN


Tariq Teguia (Algérie)

retour
 
2e Festival culturel panafricain d'Alger (Panaf 2009)
Fragile cinéma d'Afrique

Si on se réfère seulement à l'Algérie, le cinéma a vécu dans les années 70-80 des années heureuses. Ce fut une période de production abondante et de qualité. Les cinéastes tournaient dans des conditions uniques, avec des budgets importants et des succès mérités : Chronique des années de braise, de Mohamed Lakhdhar Hamina palme d'or à Cannes en 1974.
Les critiques étrangers étaient alors frappés très positivement par la rigueur du travail des cinéastes tel Youcef Tobni, Slim Riad, Mohamed Bouamari, Brahim Tsaki et beaucoup d'autres réalisateurs. La virtuosité des techniciens et des acteurs algériens faisait aussi l'admiration.
L'État algérien (et ses revenus pétroliers) était alors très attaché au cinéma et avait une vive conscience de son utilité. Les revenus pétroliers sont toujours là, mais le cinéma est totalement largué aujourd'hui. Sauf dans des circonstances exceptionnelles comme le Panaf 2009, l'État s'est retiré laissant la place aux coopératives privées aux moyens financiers limités et aux cinéastes qui courent individuellement derrière des budgets sans toujours les trouver.

Sans trop généraliser, dans le reste du continent la plupart des États n'ont aucun rôle déterminant dans le domaine culturel et ne financent pas le cinéma. Au Mali, Souleymane Cissé a failli changer de métier. Pendant une longue période après son dernier film Waati qui date de 1995, il a fait le siège des banques et des ministères d'Afrique sans pouvoir produire une seule image. Jusqu'à cette année où par un heureux miracle il a présenté à Cannes son nouveau long métrage Min Yé. Quatorze ans de galère, ça marque terriblement un artiste, sa créativité et sa confiance en soi.

Paradoxe africain : au moment où le cinéma en Algérie, en Tunisie, au Mali et ailleurs se range dans une situation précaire et incertaine, voici qu'au Maroc le mécanisme de production se met comme par miracle à fonctionner. 25 longs métrages marocains étaient en compétition l'an dernier au festival national de Tanger. Le cinéma marocain enregistre plus de recettes que Harry Potter ou Spider Man dans des salles rénovées et bien entretenues. De jeunes cinéastes marocains émergent, à l'image de Nourredine Lakhmari récemment primé au festival de Taormina pour son excellent Casanegra où il chasse le discours langue de bois de certains de ses aînés pour s'adresser avec brio à une jeunesse marocaine anxieuse et désorientée.

Les dures réalités économiques et politiques en Afrique obscurcissent les perspectives d'avenir du cinéma. Si au Maroc il y a des salles attrayantes, un studio moderne à Ouarzazate et des enveloppes budgétaires suffisantes, ailleurs le terrain du cinéma est miné et faute de moyens les cinéastes peinent à s'exprimer. Ces mêmes cinéastes se tournent en dernier ressort vers l'Europe et sont souvent réduits à fabriquer des histoires qui plaisent d abord à leurs producteurs européens.
Cette situation évolue cependant, comme dans la musique et la littérature : les cinéastes qui ont du talent ne font aucune concession. On n'est plus au temps de :"oui patron, merci patron,vous avez raison patron !".
De plus en plus la direction prise par les cinéastes d'Afrique est celle de Rachid Bouchareb, Hailé Gérima, Abderrahmane Cissako, Mahamat-Saleh Haroun ou de Tariq Téguia qui ont poussé la limite de la liberté de création. Ils ont démontré à la fois leur talent et leur savoir-faire et surtout rencontré un large public au niveau international.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Chronique des années de braise (Waqai' Sanawat al-Jamr) 1975
Mohamed Lakhdar-Hamina

Min Yé (Dis moi qui tu es) 2008
Souleymane Cissé

Waati (Le Temps) 1995
Souleymane Cissé


   liens artistes

Bouamari Mohamed


Bouchareb Rachid


Cissé Souleymane


Gerima Haile


Haroun Mahamat-Saleh


Lakhdar-Hamina Mohamed


Riad Mohamed Slim


Sissako Abderrahmane


Teguia Tariq


Tobni Youcef


Tsaki Brahim


   évènements

05/07/2009 > 20/07/2009
festival |Algérie |
Festival culturel panafricain d'Alger (PANAF) 2009
2e édition

   liens structures

Association Nationale des Producteurs Audiovisuels Algériens (AVA)
Algérie

CAAIC (Centre algérien pour l'Art et l'Industrie Cinématographique)
Algérie | ALGER

Centre National des Arts et de la Culture (CNAC)
Côte d'Ivoire | Abidjan

Cinémathèque algérienne (La)
Algérie | ALGER

FEPACI (Fédération Panafricaine des Cinéastes)
Afrique du Sud

Films Cissé (Les) - Sisé Filimu
Mali | BAMAKO

ONCIC
Algérie | ALGER

Screen Production Inc.
France | PARIS

UCECAO
Mali | Bamako

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page