actuellement 16549 films recensés, 2790 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
18/12/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival



Mohammad Bakri dans Zindeeq, de Michel Khleifi


Michel Khleifi




Nous aussi avons marché sur la lune


Balufu Bakupa-Kanyinda




Léandre-Alain BAKER


Mère bi (La mère)


Ousmane William Mbaye




Mama Keïta, au Dubai Film Connection Reception 2009


Un Transport en commun (Saint-Louis Blues)


Dyana Gaye, au Dubai Film Connection Reception 2009




Jean-Marie Teno


Cultural bridge


Ahmed Rachedi, président du jury


DIFF 2009



retour
 
Bilan du Festival de Dubaï 2009
L'Afrique en cinéma
Michel Khleifi et Merzak Allouache sont finalement montés sur le podium. Le Palestinien a décroché le grand prix du 6° Festival de Dubai pour son très beau film Zindeeq et l'Algérien le prix spécial du jury pour Harragas. Habile compromis d'un jury présidé par Ahmed Rachedi.

La vraie bouffée d'oxygène est venue du cinéma africain qui a tenu la vedette au festival de Dubai. C'est la nouvelle génération, post Sembène et Hondo, qui a investi les rivages du Golfe persique. Une vague africaine de grande qualité, très passionnante, avec un renouveau esthétique et une totale absence de conformisme. À l'image du sidérant chef-d'oeuvre Nous aussi avons marché dans la lune, du cinéaste congolais Balufu Bakupa-Kanyanda (coproduit par le Festival panafricain d'Alger).

C'est une oeuvre en intimité profonde avec les écrits de deux grands poètes Aimé Césaire et Tshiakatuba Matala Mukadi. Quelque chose de très important s'est produit au festival de Dubaï, comme en juillet dernier à Alger, avec la présentation de ce film. Le travail de Balufu Bakupa-Kanyanda, metteur en scène, poète, philosophe nous fait penser à celui de Glauber Rocha. L'un est l'autre ont une démarche unique, originale, très brillante au sein du cinéma africain pour Balufu et latino-américain pour Glauber. Chacun d'eux fait un cinéma d'une élégance absolue, prenant des risques mais gardant l'émotion.

À Dubai il y avait aussi les films de Dyana Gaye, Mama Keita, Ousmane William Mbaye, Léandre Alain Baker et Jean Marie Téno.

Tout à fait surprenant et méritant le premier prix de la section court métrage à Dubaï (en fait c'est un moyen métrage), Saint-Louis Blues, de Dyana Gaye emprunte son style au film musical, avec cet aspect "road movie" qui nous libère du cinéma à message. Un peu de joie et de délire ne font pas de mal au cinéma africain.

Ramata de Léandre-Alain Baker n'est pas mal non plus, légèrement amoral, subversif dans les rapports d'une dame d'un certain âge avec un délinquant qui pourrait être son fils. Histoire déroutante où il y a un retour boomerang.

Il y a aussi Mère-Bi dans lequel Ousmane William Mbaye fait le portrait d'une figure admirable de la presse sénégalaise : Annette Mbaye d'Erneville qui a marqué inexorablement l'histoire des médias au Sénégal et dans tout le continent.
Cette grande pionnière n'a jamais eu la langue dans sa poche et sa plume est toujours prête à rebondir chaque fois qu'on touche aux droits de la femme africaine.

Il y a toujours mille choses à filmer à travers notre vaste continent, et pourquoi pas un vrai thriller, comme celui de Mama Keita : L'Absence.
Ton juste, bonne interprétation, le travail de Mama Keïta a été bien accueilli aussi bien à Dubaï qu'au dernier Fespaco de Ouaga.

Tout comme l'approche documentaire de Jean Marie Téno dans Lieux Saints (mention spéciale à Dubaï) : virée à Ouaga sur les traces de Bouba, Jules César et Abbo, personnages dans l'air du temps burkinabé et dont on a envie d'avoir de leurs nouvelles aujourd'hui encore.

Six cinéastes africains ont débarqué à Dubaï non pour faire des affaires mais avec leurs images en bandoulière et le public a marché à tous les coups dans cette passionnante plongée dans l'univers africain si complexe où se côtoient poésie, imaginaire, fantaisie, humour décapant, portraits réels ou inventés.
L'Afrique perdue et retrouvée ici, dans ses tensions et ses rires, a l'honneur du festival de Dubaï sur les rives du Golfe arabo-persique.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Absence (L') 2009
Mama Keïta (réalisateur)

Barons (Les) 2009
Nabil Ben Yadir

Harragas 2009
Merzak Allouache

Lieux saints 2009
Jean-Marie Teno

Mère bi (La mère) 2008
Ousmane William Mbaye

Nous aussi avons marché sur la lune - نحن أيضا مشينا فوق القمر 2009
Balufu Bakupa-Kanyinda

Ramata 2008
Léandre-Alain Baker

Un Transport en commun (Saint-Louis Blues) 2009
Dyana Gaye

Z'har 2009
Fatma Zohra Zamoum

Zindeeq 2009
Michel Khleifi


   liens artistes

Allouache Merzak


Baker Léandre-Alain


Bakupa-Kanyinda Balufu


Ben Yadir Nabil


Gaye Dyana


Keïta (réalisateur) Mama


Khleifi Michel


Mbaye Ousmane William


Rachedi Ahmed


Teno Jean-Marie


Zamoum Fatma Zohra


   évènements

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

05/07/2009 > 20/07/2009
festival |Algérie |
Festival culturel panafricain d'Alger (PANAF) 2009
2e édition

09/12/2009 > 16/12/2009
festival |Émirats arabes unis |
6th Dubai International Film Festival - DIFF 2009
6ème édition.

   liens structures

El Watan
Algérie | ALGER

haut de page

   vidéos
   

 

RAMATA, long métrage de Léandre-Alain Baker
bande annonce

 

 

UN TRANSPORT EN COMMUN (extrait) "Nomination Lutins 2010"
extrait

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page