antalya escort bayan antalya escort gebze evden eve nakliyat izmir dershane izmir dershane fiyatlari Odtululer Dershanesi banu akcal meral sonmezer gulsum soyturk zelal keles ankara butik dershane ankara tel orgu
Africiné
actuellement 17650 films recensés, 2958 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fortuné Bationo
publié le
14/02/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Fortuné Bationo


Andrew Mark Coppin, Dir photo


Berlinale 2010


Berlinale Talent Campus 2010


Agnes Nasozi Kamya, scénariste


Caroline Kamya, réalisatrice-Productrice


Younga (Brian I) running


Armstrong (Philip Buyi) awaits for petrol


Armstrong ( Philip Buyi), Edward (Dennis Josiah Mukeera), ...


Armstrong (Philip Buyi ) in simons den


Mary (Rehema Nanfuka) and Son think about the day ahead


Mary (Rehema Nanfuka) peeps through the gate as she watched


Olweny (Stephen Ocen) concentrating on his drawings


Olweny (Stephen Ocen)


Olweny (Stephen Ocen) joue son "finger harp".


Olweny (Stephen Ocen) devant son ancienne école primaire abandonnée


Sheba (Charlotte Bagaya) & Armstrong (Philip Buyi)


Simon the Ghetto King ( Vincent Ochen)


Younga (Brian I) listens to Simon off camera


Younga (Brian I) runs through the streets of kisenyi ghetto


Armstrong ( Philip Buyi) arrives at Simons Den in Kisenyi


mary at home defiant


Rehema Nanfuka, “Mary”


Philip Buyi Roy, “Armstrong”


Sylvester & Abramz


Tshila


Maia Von Lekow


Ocen Stephen, “Olwenyi”

retour
 
iMANi de Caroline Kamya
Festival de Berlin, du 11 au 21 février 2010
Une peinture de la vie ougandaise au balcon de trois itinéraires parallèles

Le film iMANi de la réalisatrice ougandaise Caroline Kamya a été projeté à la 60ème édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) dans la section Forum. C'est une fiction de 82 minutes qui dévoile le combat quotidien de gens ordinaires obligés de se battre bec et ongles pour espérer s'en sortir. Le scénario est signé par sa soeur Agnes Nazozi Kamya, anthropologue.

Dans les bas fonds de la survie, les soupirs sont multiples. En Ouganda, la bataille d'une vie meilleure, qui se conjugue au pluriel, avec ses hauts et ses bas, n'échappe pas à cette ambiance, dans une société où les différentes classes sociales se côtoient sans jamais s'écouter. Partant de cette vision colorée d'images anecdotiques importées du rayon documentaire, la réalisatrice met en scène plusieurs personnages triés dans le camp des indigents.

Olweny, âgé de douze ans, interné dans un centre d'ex-enfant soldat, pour le désintoxiquer des armes.
Armstrong, danseur de break habile, qui vit le cri strident du train qui passe chaque matin non loin de sa chambre comme un poison dans son sommeil. Ce qui ne l'empêche de rêver gloire en espérant un jour mettre le monde à ses pieds, aux cotés de ses compagnons danseurs à l'affût du même idéal.
Il y a aussi cette servante dans une maison huppée de Kampala. Chez elle, pas d'autre séduction que le visage d'une âme secouée par de multiples épreuves, qui lui ont conféré le don de la soumission servile et une dévotion absolue pour ses proches.

La musique, omniprésente dans le film, scande les pas de ces destins hésitants, ce qui permet de pardonner les incessantes balades de la caméra. On s'attache progressivement aux trois personnages qui, bien que séparés par des histoires différentes, vont se retrouver voisins dans leur soif de s'en sortir.

Le chemin du danseur va rencontrer celui de "Ghetto King", fervent adepte de coups tordus et qui ne voit pas d'un mauvais œil qu'Armstrong vienne grossir le rang de ses cerbères. Olweny, lui, est en perpétuelle lutte avec son passé d'enfant soldat, souvenir d'autant difficile à oublier qu'il est jonché d'horreurs qui mettent un point d'honneur à revenir à la surface, cadavres flottant sous les yeux de l'innocence hébétée. Rien pour pourtant ne vient rappeler violemment cette page sombre du pays, en dehors de dessins d'hommes tués. Comme si le film voulait éviter toute publicité à l'enfer, en le reproduisant dans la lutte personnelle du jeune personnage.

L'œuvre dénonce aussi la situation de certaines femmes ougandaises, toujours promptes à s'accroupir pour répondre aux directives de leur maîtres zélés. Mais il y a d'autres formes d'exploitations qui les traînent vers le lit que leur corps n'a pas désiré, et à ce jeu là le plus indigent peut aussi se transformer en maître chanteur.
Le film est une peinture sobre de la nouvelle société ougandaise. Il montre un pays déchiré entre riches et pauvres ; avec dans les villages, les rituels qui continuent à réguler la société tandis qu'en ville, les mœurs chevauchent des croyances venues de l'Occident. Imani édulcore sa gravité par une éruption musicale permanente.

Fortuné Bationo, à Berlin

haut de page


   liens films

Imani 2009
Caroline Kamya


   liens artistes

Tshila


And Abramz Sylvester


Coppin Andrew


Kamya Agnes


Kamya Caroline


Nanfuka Rehema


Roy Philip Buyi


Von Lekow Maia


   vnements

11/02/2010 > 21/02/2010
festival |Allemagne |
Berlinale 2010
60ème Festival de Berlin. 3 films africains au 40ème Forum

   liens structures

Berlinale Talent Campus
Allemagne | BERLIN

Ciné Connexion
Côte d'Ivoire | ABIDJAN

iVAD Productions Limited
Ouganda | KAMPALA

   liens festivals


festival | Allemagne | BERLIN

haut de page

   vidos
   

 

Klappe auf in Afrika - Interview mit Peace Anyiam-Fiberesima, Caroline Kamya und Tom Tykwer
entretien

 

 

Imani
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>