actuellement 18064 films recensés, 3113 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
23/08/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Yanis Koussim, réalisateur de KHOUYA, Prix du jury jeunesse à Lorcano 2010.




Anya Louanchi, actrice dans KHOUYA, de Yanis Koussim


Samia Meziane, actrice dans KHOUYA, de Yanis Koussim


Ernst Lubitsch (29 janvier 1892, Berlin – 30 novembre 1947, Bel Air/Los Angeles) – DR.


Die Augen der Mumie Ma (Les Yeux de la momie) d'Ernst Lubitsch (1918)


Die Puppe (La Poupée) d'Ernst Lubitsch (1919)


Ninotchka d'Ernst Lubitsch (1939)


To be or not to be / Ernst Lubitsch, 1942


To be or not to be / Ernst Lubitsch 1942 © Cinécran Production International


To be or not to be / Ernst Lubitsch


To be or not to be / Ernst Lubitsch


To be or not to be / Ernst Lubitsch


To be or not to be / Ernst Lubitsch 1942 © Cinécran Production International


Cluny Brown (La Folle Ingénue) d’Ernst Lubitsch (1946) – DR


Angel d'Ernst Lubitsch (1947)


Portrait d’Ernst Lubitsch - DR


Portrait d’Ernst Lubitsch - DR


Hongqi LI, réalisateur (Chine) a reçu le Pardo d'oro (Léopard d'Or 2010)


HAN JIA (Winter Vacation) de LI Hongqi, Chine


HAN JIA (Winter Vacation) de LI Hongqi, Chine


KHOUYA, de Yanis Koussim


KHOUYA, de Yanis Koussim


KHOUYA, de Yanis Koussim


KHOUYA, de Yanis Koussim


Olivier Père, Directeur artistique du Festival de Locarno 2010

retour
 
Fin du 63ème Festival de Locarno
Cinéma et Villégiature

Cinéma et villégiature sont deux activités différentes. Mais parfois elles vont bien ensemble. Exemple : au festival de Locarno, on peut s'emballer dès le matin pour quelques titres au programme fort intéressants, des films d'Asie Centrale, la rétrospective Lubitsch, l'art du Suisse Alain Tanner ou du Napolitain Francesco Rossi. Et l'après-midi, trouver le temps tellement beau pour oublier la fête du cinéma et aller se dorer au soleil sur les rives du Lac Majeur sans hésiter à nager dans son admirable eau claire. Cette vie (exténuante) du critique de cinéma a duré les sept premiers jours du festival, puis les orages et la pluie sont venus gâcher le plaisir…

Le vainqueur cette année, c'est le cinéaste et poète chinois Li Hongqi qui a décroché le Pardo d'Or du 63° festival de Locarno pour son film Han Jia, douloureuse chronique des vacances hivernales de jeunes adolescents désœuvrés dans un village du nord de la Chine.
Et Khouya (Yanis Koussim), prix du jury jeunesse.

Olivier Père, venu de la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes, s'est coulé dans le rôle de directeur artistique à la place de Frédéric Maire, journaliste helvète, parti à la Cinémathèque de Lausanne. Qu'est ce qu'il fallait entendre comme plaisanteries cet été en Suisse sur le fait que c'est Père qui remplace Maire (autre variante : c'est la "mère qui a donné naissance au père", etc.). Les Suisses sont des rigolos.
Olivier Père a choisi une nouvelle orientation au festival, supprimé des sections inutiles, raccourcies le programme (280 films cette année au lieu des 397 en 2009), renforcé la présence médiatique (avec 875 journalistes accrédités) et professionnelle (900 cinéastes, acteurs, producteurs, acheteurs).

150 000 spectateurs ont payé leurs entrées, des spectateurs très motivés pour rester stoïquement assis sur la Piazza Grande sous l'orage un soir où passait un film américain de la catégorie "horreur"…
Cette fidélité du public suisse a causé des ruées aussi sur des salles de 3 000 places (des gymnases aménagés où on est mal assis, mais où les projections sont parfaites) pour voir les films de Rohmer, Fassbinder et toute la sélection.
Des banques suisses, des firmes privées, des marques de boissons mais aussi l'État aident beaucoup le festival de Locarno, lequel est également une entreprise de promotion du cinéma national.
Une bonne sélection suisse, plus documentaire que fiction, a provoqué autant d'engouement que de polémiques suisso-suisses.
Du genre : que faut-il produire : un cinéma populaire ou un cinéma pour cinéphiles purs et durs ? Des grosses machines ou des petits films ? Des locomotives ou des wagons de première ? On assiste chaque année à ces débats sans fin et on a l'impression que le responsable du bureau du cinéma au niveau du Conseil Fédéral suisse n'en a pas pour longtemps, qu'il est assis sur un siège éjectable. L'année d'après, les mêmes joutes recommencent, avec une nouvelle tête dans le rôle de "monsieur cinéma suisse", rôle plus qu'éphémère certainement.
Tous les Suisses (en tout 7 millions) ont des rêves impossibles : avoir un cinéma qui leur rappelle les années fastes quand Tanner, Soutter et Murer alignaient quelques surprenants chefs-d'œuvre.

Le 63° festival de Locarno a donc renoué avec la traditionnelle rétrospective des grands auteurs. Revoir quelques-uns des films qu'on a appelés "The Lubitsch Touch", c'est plonger avec le sourire de Greta Garbo, Ninotchka, dans un monde de passion amoureuse, de plaisir sophistiqué, de goût inimitable de l'intrigue et de l'espionnage. Tout ça dans Trouble in Paradise, The Shop around the Corner, To Be or Not To Be… Tous les matins, les Lubistchiens couraient à la salle Rex.
La partie des films muets d'Ernest Lubitsch était la plus suivie. Une Nuit d'Arabie (1920) se passe dans un harem à Rome avec Pola Négri, l'actrice fétiche de Lubitsch. On a vu aussi Carmen, Gypsy Blood (1918), Madame DuBarry (1919) avec Emile Jannings, grand acteur muet allemand, dans le rôle du roi Louis XV, dont la DuBarry était la flamboyante maîtresse. Les copies étaient restaurées, de très bonne qualité. Il n'y avait pas de problème de langue, les cartons sont bien traduits.

Une note personnelle dans la rétrospective, avec la présence à Locarno de Nicole Lubitsch, fille du réalisateur d'origine ruse émigré à Hollywood.
Elle a dit que son père n'était pas drôle du tout. C'était un homme sévère, strict, qui surveillait attentivement son éducation. Elle avait 8 ans quand son père a fait Ninotchka avec Greta Garbo. Ses copains à l'école voulaient voir plutôt Gary Cooper…

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Khouya (Mon frère) 2010
Yanis Koussim


   liens artistes

Abada Salami


Asli Nabil


Koussim Nadia


Koussim Yanis


Koussim Yasmine


Louanchi Anya


Maire Frédéric


Meziane Samia


Solari Marco


   vnements

04/08/2010 > 15/08/2010
festival |Suisse |
Festival International de Cinéma de Locarno 2010
63ème édition

   liens structures

Damia films
France | PARIS

El Watan
Algérie | ALGER

   liens festivals


festival | Suisse | Locarno

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>