actuellement 17963 films recensés, 3096 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
05/10/2010
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Terminus Toronto
Un Regard sur le monde

Toronto est à la mode. Tous les ans en Septembre, des cinéastes du monde entier quittent leurs terres natales pour venir sur le rives du lac Ontario montrer leurs films. C'est l'endroit où il faut être. Cela fait 35 ans que ça dure. À peine le tour du cinéma mondial réalisé en l'espace de quelques jours que Toronto se prépare pour son prochain marathon.

Piers Handling et Cameron Bailey, les directeurs du festival de Toronto (TIFF), assument leur passion pour le cinéma le plus exigeant et exercent leur sensibilité à donner au public canadien un regard sur le monde, en l'invitant à s'ouvrir à d'autres horizons, à interroger les films qui viennent du bout du monde, à soupeser leur forme et leur contenu et à apprécier leur valeur ou leur défaut.
Ce qui rend encore plus passionnant le séjour à Toronto, c'est qu'après le festival, le cinéma continue. La presse de l'Ontario annonçait cette semaine la tenue du Festival du Film Palestinien. Et déjà comme pour mieux l'annoncer encore, de jolies jeunes filles portaient des foulards palestiniens autour du cou, de nombreuses boutiques de Toronto mettaient des stocks à leurs devantures.

Le cinéma continue aussi au coeur même du majestueux nouveau siège du festival Bell Lightbox avec son programme de 100 films : The Essential Cinema. Éternel chef d'oeuvre, systématiquement étudié dans les états-majors militaires d'Amérique et d'Europe comme l'exemple exemplaire de la résistance anti coloniale et de la guérilla urbaine : La Bataille d'Alger figure logiquement dans ce programme.
Une affiche géante ornait le hall de Bell Lightbox où l'on voit Brahim Hadjaj (Ali la Pointe) avec son incroyable puissance dans le regard. Le texte qui accompagne le film est au superlatif, signé Cameron Bailey.
La Bataille d'Alger a joué le même rôle pour l'Algérie que The Birth of a Nation de Griffith pour l'Amérique. Ce rôle d'éveil et d'engagement politique est aussi dans Le Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein et dans Nuit et Brouillard d'Alain Resnais.

Cette suite du programme du festival de Toronto fonctionne comme une cinémathèque géante qui cherche à partager la passion du cinéma classique, à éduquer les regards, à aider le public à voir des films qui ne sont pas seulement de divertissements du samedi soir avec des popcorns à l'appui.
C'est aussi comme une université du soir qui donne des repères, des lignes sur l'évolution historique du monde. Ce qu'on voit à Bell Lightbox, ce sont des images qu'on ne voit surtout pas à la télévision. Parmi les 100 films,on trouve Viridiana, In The Mood Of Love, Metropolis, Le Septième Seau, Apocalypse Now, Citizen Kane...

Dans une espèce d'entente cordiale, on voyait tous les jours au festival de Toronto débarquer les producteurs d'Hollywood venus faire des affaires. De même que des producteurs et des cinéastes indépendants tenter de vendre leurs films qu'ils savent exposés équitablement par le festival aux regards des "film lovers", l'expression qui désigne à Toronto aussi bien les cinéphiles que ceux qui achètent les films. L'art et business cohabitent ici harmonieusement. À Toronto, les halls des grands palaces étaient pleins comme des ruches par l'industrie du cinéma.

Tout au long du festival, il y a eu de belles réactions, très sympathiques,une grande estime critique autour du film algérien Hors La Loi. Auréolé déjà par sa sélection à Cannes, le film de Rachid Bouchareb est bien parti pour sa conquête du marché américain.
Pareil pour le sombre et rigoureux A Screaming Man (Un homme qui crie) de Mahamet Saleh Haroun (Tchad).

Un film beau et invraisemblable à la fois est tombé ici comme un ovni, venu de Kinshasa (Congo) : Viva Riva ! de Djo Tunda Wa Munga. Beau à cause de la musique. Les musiciens de Kinshasa sont des maestros incontestables, avec leur son libre, éclatant, enthousiaste. On voit dans le film des boites de nuit, des salles de concert en transes. Sur le plan du récit, copié sur les illustres thrillers de Chicago des années 20,le travail est moins rassurant, assez invraisemblable. Mais peut-être Djo Tunda Wa Munga trouvera aussi son chemin vers l'Amérique.
Ceci clôt le chapitre passionnant du 35° Festival International du Film de Toronto (TIFF). Rendez-vous est pris pour septembre 2011.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Bataille d'Alger (La) [Réal: Gillo Pontecorvo] 1966
Gillo Pontecorvo

Hors-la-loi 2010
Rachid Bouchareb

Un homme qui crie 2010
Mahamat-Saleh Haroun

Viva Riva ! 2010
Djo Munga


   liens artistes

Bailey Cameron


Bouchareb Rachid


Haroun Mahamat-Saleh


Munga Djo


Pontecorvo Gillo


   vnements

09/09/2010 > 19/09/2010
festival |Canada |
Festival International du Film de Toronto (TIFF, 2010)
35ème édition

haut de page

   vidos
   

 

Un homme qui crie (Bande annonce)
bande annonce

 

 

Hors-la-loi
bande annonce

 

 

Un Homme Qui Crie | Clip #1 Cannes 2010 IN COMPETITION Mahamat-Saleh Haroun
extrait

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>