actuellement 16275 films recensés, 2749 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Stéphanie Dongmo
publié le
14/11/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Stéphanie Dongmo (Africiné)

retour
 
La leçon de critique de Mollo Olinga

Journaliste et critique cinématographique de nationalité camerounaise, Jean-Marie Mollo Olinga vient de publier Eléments d'initiation à la critique cinématographique, aux éditions l'Harmattan Cameroun. Cet essai pédagogique destiné aux jeunes critiques africains vient combler un vide certain.

Les écrivains du cinéma sont unanimes sur la nécessité d'une critique forte en Afrique. Olivier Barlet (Les cinémas d'Afrique des années 2000, L'Harmattan, mai 2012) la pose en urgence, en affirmant qu'elle est essentielle pour déconstruire les représentations imaginaires héritées du passé colonial. La critique, décolonisée et décomplexée, est donc un "accompagnateur d'œuvre", selon l'expression de Hassouna Mansouri (L'image confisquée, Depuis le Sud, 2010). Mais elle ne pourra véritablement remplir son rôle auprès des cinématographiques fragiles d'Afrique que si elle est crédible. C'est pour en finir avec la médiocrité et la superficialité des critiques que Jean-Marie Mollo Olinga publie ce manuel d'introduction des jeunes journalistes au métier de critique cinématographique.

Mais à la périphérie dominée du monde, comment être un critique compétent dans un contexte où il existe très peu de salle de cinéma, où l'accès aux films africains est difficile, où les ouvrages sur le cinéma sont rarement accessibles, où il y a plus de navets que de bons films, où les patrons de presse ont une faible idée de l'exercice critique, où le métier même ne nourrit pas son homme ? Nullement découragé par ces handicaps, Mollo Olinga soutient qu'"il est temps pour les critiques d'Afrique d'affirmer une critique africaine, non qu'elle serait la seule authentique et légitime, mais parce qu'elle est généralement sans visibilité". Cette activité ne doit pas être limitée au seul film (critique de cinéma), mais élargie à la culture générale (critique cinématographique).

Naissance du cinéma en Afrique

Avant d'arriver à sa leçon de critique, l'auteur procède méthodiquement par la définition des termes et la "petite histoire du cinéma". Il jette un pavé dans la marre en affirmant que le cinéma n'est pas né en Afrique en 1955 avec Afrique-sur-Seine de Paulin Soumanou Vieyra et Mamadou Sarr. "Paulin Soumanou Vieyra a manqué d'objectivité (…) Certes, il fut le premier Africain à être inscrit au prestigieux Institut des hautes études cinématographiques de Paris (IDHEC), mais il n'est ni le premier cinéaste africain, ni même le premier cinéaste d'Afrique noire". Pourtant, Soumanou Vieyra reconnaît lui-même qu'avant son film, d'autres Africains ont réalisé, avec les moyens du bord, un certain nombre de documentaires (In Ed Présence Africaine, Paris, 1963, cité par Afrique 50 : singularités d'un cinéma pluriel, sous la direction de Catherine Ruelle, L'Harmattan, 2005).

Quel est donc le premier film africain ? Mollo Olinga reste prudent lorsqu'il avance qu'historiquement, c'est Mouramani du Guinéen Mamadou Touré, réalisé en 1953 en France. Il précise qu'en 1951, Albert Mongita avait déjà réalisé le court métrage La leçon du cinéma au Congo Belge avec l'aide des missionnaires et laisse finalement la porte ouverte à d'autres films d'Africains qu'on pourrait retrouver dans l'histoire en remontant jusqu'en 1897.

La critique n'est pas neutre

Ce "rectificatif" fait, Mollo Olinga explique l'art, les mouvements, les genres, le langage cinématographiques, bref, des clés pour "cerner la structuration d'un film, sa dramaturgie, en comprendre le scénario". Pour lui, tout comme il n'y a pas d'école de critique, il n'y a pas non plus de règles pour écrire une critique. C'est à chacun de baliser sa voie par la pratique, en se servant de sa culture cinématographique et de sa culture générale. Le critique africain, qui est un spécialiste de la lecture et de l'analyse des films, écrit avec sa sensibilité africaine. Il doit juger un film selon le contexte, les normes culturelles et le public. Mollo Olinga lui confie aussi la responsabilité de défendre l'intégrité du cinéma de nombreux téléfilms, vidéos et reportages que l'on qualifie trop facilement de film.
La critique cinématographique, qui bénéficie de la liberté d'expression, n'est pas neutre. Car critiquer un film au demeurant, c'est donner son point de vue. Il ne s'agit pas de copier la simplicité de facebook en collant sur des films des mentions "j'aime" ou "je n'aime plus". Il s'agit de faire "une critique sans complaisance mais qui n'épingle pas sans raisons" (Barlet, Cinémas africains d'aujourd'hui, Khartala, 2010). Une critique argumentée donc. Eléments d'initiation à la critique cinématographique donne en exemple neuf critiques écrits par Mollo Olinga, mais aussi par Baba Diop et Olivier Barlet.
Ce premier livre de Jean-Marie Mollo Olinga, fruit de dix années de recherche, est desservi par une mise en page sans relief. Qui ne diminue pas sa qualité intrinsèque : rassembler en un seul document plusieurs essais souvent rébarbatifs sur l'aspect technique des films. L'auteur met cependant en garde : ce livre n'est pas une fin mais un appel à davantage de travail : "Je ne veux pas que les jeunes qui ont fini de lire mon livre aient la prétention de se proclamer critiques. Il faut s'auto-investir, que ces jeunes-là aillent fouiller dans les livres spécialisés sur le son, la caméra, l'écriture du scénario, l'histoire du cinéma, les mouvements cinématographiques… C'est au bout de cela qu'ils auront peut-être la prétention de se désigner critiques cinématographiques". Le chemin à parcourir est encore long.

Pour Thierno Ibrahima Dia, critique, enseignant de cinéma et facilitateur du site www.africine.org qui signe la préface de ce manuel, "un tel ouvrage relève d'une absolue nécessité et d'une urgence impérieuse". Il vient combler un vide certain en donnant des outils pour écrire une bonne critique cinématographique. Si son auteur le destine aux jeunes critiques, ce livre intéresse cependant tous les intervenants de la chaîne de fabrication d'un film. Mollo Olinga forme, tout en réussissant l'un des exercices les plus difficiles de l'écriture : faire court. Le succès que l'on souhaite à ce livre réussira peut-être à gommer chez son auteur l'amertume des longues années durant lesquels il a bavé à chercher un éditeur.

Stéphanie Dongmo

Jean-Marie Mollo Olinga, Éléments d'initiation à la critique cinématographique.
Préface de Thierno Ibrahima Dia
L'Harmattan Cameroun
Septembre 2012
227 pages
Prix : 24 euros

haut de page





   liens artistes

Barlet Olivier


Dia Thierno Ibrahima


Diop Baba


Mansouri Hassouna


Mollo Olinga Jean-Marie


   évènements

02/07/2012 > 02/07/2013
parution |Cameroun |
Éléments d'initiation à la critique cinématographique
Un essai de Jean-Marie Mollo Olinga (Cameroun, ancien Vice-Président de la FACC)

   liens structures

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

Harmattan (L')
France | Paris

Mosaïques
Cameroun | YAOUNDÉ

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page