actuellement 18185 films recensés, 3170 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
01/06/2008
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival







François Begaudeau dans Entre les murs (Laurent Cantet, Palme d'or 2008)

retour
 
Cannes, après coup
61° festival de Cannes (France, 14-24 mai 2008)
Aucun des 4000 journalistes qui ont couvert le 61° festival de Cannes n'aurait imaginé un seul instant que le jury allait donner la palme d'or au film français Entre les murs, de Laurent Cantet.

Après coup, le festival étant fini et la fièvre de la Croisette déjà disparue de nos souvenirs, on est abasourdi de voir le tintamarre que fait la presse française, qui n'y croyait pas non plus, autour de ce film, affublé tout à coup de grotesques commentaires ultra élogieux et récupéré par le gouvernement de Sarkozy qui a toujours montré une dédain absolu pour les collèges fréquentés par la "racaille" des fils d'émigrés.
Ce film palmé est du genre docu-fiction très banal, sans aucun attrait cinématographique, fait comme une méchante émission de télé à prétention éducative et sociale.

Sous les palmes de la Croisette et dans le panache de la salle Lumière, on a vu dans le passé de vrais, authentiques chefs-d'œuvre couronnés par la palme tant convoitée. Peut-on effacer de nos mémoires Chronique des années de braise, Apocalypse Now, La Bataille de Narayama, La Dolce Vita, Paris-Texas, et tant d'autres œuvres inoubliables ?
Mais avec la palme d'or de cette année, on a le triste sentiment que le prestige même de la palme d'or de Cannes a cessé d'exister.

Avec le temps qui passe et le niveau de l'art qui dégringole, et quand on voit à Cannes les grands chefs d'œuvre du passé montrés dans une section-ghetto, Cannesclassics, où peu de gens se bousculent pour les revoir, on a aussi comme l'impression que le cinéma qu'on aime est frappé de malédiction. Il fallait fuir la section Un Certain regard par exemple qui a collectionné cette année des films qui sont autant d'énormes ratages. Faillite considérable aussi dans une autre section qui a choisi de montrer l'offensive et misérable production d'Arte qui hisse comme un drapeau les misérables caricatures du Prophète, publiés au Danemark puis en France par des journaux indignes, notoirement stupides.
Dans tout cela, le crédit du meilleur cinéma contemporain est apparu, il faut aussi le reconnaître, dans la section officielle -compétition.
Clint Eastwood, Wim Wenders, Nuri Bilge Ceylan, Philippe Garrel, Walter Salles ont hissé trés haut le niveau de la sélection.

Mais le jury de Sean Penn a failli à sa mission de bien voir et de reconnaître le mérite de leurs œuvres. Ceylan et Eastwood et Salles sont cité au palmarès comme à regret. Leurs films pourtant valent dix mille fois celui de Cantet. Mystère donc absolu autour de cette palme qui ne se méritait pas…

Certes, on aurait dû prévoir cette catastrophe. Sean Penn lors de la première conférence du jury a allumé le feu (tout en allumant deux cigarettes alors que la loi l'interdit).C'était la célébration de Mai 68 et l'acteur californien a prétendu naïvement qu'il fallait rompre avec les grandes œuvres et voir du côté de l'infiniment petit… À ce rythme, comme Entre les murs, les plus minables productions d'Arte, TF1, Antenne 2 ou Canal Plus, pourront désormais prétendre à la palme…

Curieusement, à Cannes, peu de médias après cette conférence de Sean Penn, ont osé exprimer haut et fort leur indignation. On accordait à l'acteur hollywoodien, mâtiné de "rebelle" on ne sait pourquoi, le bénéfice du doute sur sa relative jeunesse et son inexpérience totale dans le domaine de jury aussi important que celui de Cannes.
On ne se doutait pas alors que lui et son petit groupe allaient gâcher toute la partie.
Du coup, le standing de la palme d'or du festival de Cannes a subi un dangereux revers cette année. Tandis qu'à Paris, la puérilité des commentaires trop élogieux pour être honnêtes sur le petit film de Cantet ne fait qu'accroître leur mauvaise foi.

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Chronique des années de braise (Waqai' Sanawat al-Jamr) 1975
Mohamed Lakhdar-Hamina

Touki Bouki 1973
Djibril DIOP Mambéty


   liens artistes

Cantet Laurent


Eastwood Clint


Salles Walter


Wenders Wim


   vnements

14/05/2008 > 25/05/2008
festival |France |
Festival de Cannes 2008
L'Afrique et les sélections de la 61ème édition

14/05/2008 > 23/05/2008
festival |France |
Festival de Cannes 2008 : le Pavillon "Les Cinémas du Sud"
le programme complet du Pavillon

   liens structures

Arte France
France | Issy-les-Moulineaux

Arte France cinéma
France | Issy-les-Moulineaux

Canal+
France | Issy-Les-Moulineaux Cedex 9

StudioCanal
France | ISSY-LES MOULINEAUX

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>