actuellement 16233 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
30/08/2008
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Noureddine Mhakkak


Ali Zaoua, prince de la rue, de Nabil Ayouch, 2000


Nabil Ayouch


L'Enfance volée, de Hakim Noury, 1993

retour
 
L'actualité du cinéma marocain et son actualisation
Cinéma d'auteur, cinéma du public !
"L'artiste que nous honorons, mais aussi l'homme de conviction, l'artiste engagé, au service d'un devoir de mémoire et d'un humanisme exigeant et l'autodidacte, formé à l'école de la vie, a tracé son sillon avec un regard critique et militant" (1).

Le cinéma marocain a connu une grande attention à partir des années de la fin du deuxième millénaire et le commencement du troisième. Car le public marocain a enfin trouvé en lui ses sujets préférés et ses imaginaires perdus. Et cela a poussé la critique du cinéma au Maroc à étudier ce cas qui est tout à fait nouveau, en deux points de vue bien distingués. Le premier voit que le cinéma marocain a baissé l'envie de la recherche esthétique qui lui rend un art de haute valeur en tombant dans la description directe de l'ordinaire et du quotidien, tandis que le deuxième point de vue voit que ce cinéma a bien fait en traitant les problèmes des gens simples. Car il a pu enfin réaliser une conciliation avec son public qui était perdu dans l'univers de l'imaginaire des autres cinémas, surtout du cinéma américain dont le visage est purement hollywoodien ou du cinéma égyptien dont les sujets sont liés souvent aux problèmes de l'amour. Ainsi on peut encadrer la préoccupation des critiques du cinéma marocain et du public selon plusieurs éléments.

1 - Ce qui caractérise le cinéma marocain d'aujourd'hui c'est que ce cinéma a pu dépasser le stade d'un ensemble des films individuels qui étaient, malgré leurs esthétiques, des films dont le thème principal s'est concentré sur le problème de soi et non sur les problèmes de la société marocaine en général. Ce cinéma est à un autre stade qui réunit tous les films dans ce qu'on peut appeler vraiment "un cinéma marocain". C'est une cinématographie qui connaît plusieurs genres dans lesquels on peut trouver les films réalistes et surréalistes, les films historiques et mythiques etc. En plus, la quantité des films réalisés qui sort chaque année est très importante car elle se transforme sûrement en une qualité après un certain temps de travail, en offrant les autres films qui auront une haute originalité éthique et esthétique.

2 - Le cinéma marocain, et grâce à cette quantité elle -même, a pu créer ses stars personnelles. Je cite dans ce cas les noms des acteurs - étoiles suivants : le grand Mohamed Miftah et le talentueux Rachid El Ouali, les belles actrices Mouna fettou, Asmae Khamlichi, Sanaâ Zaim et Siham Assif etc.
Mais malgré cela, il faut faire attention à cette célébrité de ces stars- acteurs, puisque plusieurs réalisateurs veulent que ces stars ne jouent que les rôles qui sont déjà interprétés dans leurs précédents films. Car le public a déjà aimé ces rôles.

3 - Il y a aussi une autre caractéristique qui a mené le cinéma marocain vers la conciliation avec son public qui devient de jour en jour plus grand, c'est que ce cinéma s'est beaucoup intéressé aux problèmes de l'enfance, des enfants et des femmes battues ou divorcées, tels les films L'enfance volée de Hakim Noury et Ali Zaoua de Nabil Ayouch. Les autres films qui traitent les problèmes des femmes marocaines. On peut citer presque tous les films marocains qui sont sortis dans cette période comme Destin de femme de Hakim Noury, Femmes... et femmes de Saâd Chraïbi, Destin d'une femme de Hassan Benjelloun, etc. Le cinéma marocain a traité aussi d'autres sujets sociaux loin des problèmes de l'enfance et de la femme, tels les changements de valeurs éthiques et les différentes visions du monde sur ces changements. On peut nommer les films Les amours de Hadj Mokhtar Soldi de Mostapha Derkaoui, Les Casablancais d'Abdelkader Lagtaâ et Ali, Rabia et les autres d'Ahmed Bouliane.

Ces ressemblances de sujets traités par le cinéma marocain ont rendu malheureusement son imaginaire délimité, restreint et diminué son effet ainsi que son influence sur le développement général de l'imaginaire culturel de son public.

4 - Autre chose qui caractérise le cinéma marocain d'aujourd'hui et qui est relié aux problèmes connus depuis un certain temps, c'est le problème de l'écriture du scénario et la recherche à travers cette écriture elle-même, de son originalité dite perdue dans la description directe de l'ordinaire.

Ici, les réalisateurs de ce cinéma insistent sur leur droit d'écrire les scénarios de leurs films car selon eux, il n'y a pas de scénaristes marocains. Mais les critiques de cinéma veulent que l'écriture de ces scénarios soit faite par des écrivains marocains dont l'imaginaire est si large et embrasse presque les sujets de la société.

On peut conclure que le cinéma marocain a connu bien des progrès. Il faut qu'il cherche à prouver son originalité surtout au plan thématique : plonger dans l'imaginaire marocain qui est si large et si riche pour qu'il puisse tracer son chemin personnel devant les autres cinémas maghrébins, méditerranéens, orientaux, occidentaux et américains.

Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Ali Zaoua, prince de la rue 2000
Nabil Ayouch

Ali, Rabiaa et les autres 2000
Ahmed Boulane

Casablancais (Les) 1998
Abdelkader Lagtaâ

Destin de femme 1998
Hakim Noury

Enfance volée (L') 1993
Hakim Noury

Femmes... et femmes 1998
Saâd Chraïbi


   liens artistes

Ayouch Nabil


Benjelloun Hassan


Boulane Ahmed


Chraïbi Saâd


Derkaoui Mostapha


Lagtaâ Abdelkader


Mansour Fadila


Noury Hakim


   liens structures

Centre Cinématographique Marocain (CCM)
Maroc | RABAT

Cinautre
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page