actuellement 18202 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Azzedine Mabrouki
publié le
10/09/2009
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Président Barack Obama


Francesca [Opening Film] de Bobby Paunescu, avec Monica Birladeanu, Doru Boguta, Teo Corban




Harragas


Harragas


Omar Gatlato, 1976


Merzak Allouache


Stone et le président Hugo Chavez dans South of the Border, d'Oliver Stone - USA, 102min (Documentaire), HORS COMPETITION. Prod: Ipse Dixit Entertainment (Santa Monica - United States).


Oliver Stone


Capitalism: a love story, de Michael MOORE


Capitalism: a love story

retour
 
66ème Festival de Venise
Chassé-croisé vénitien

Salman Rushdie semble demeurer le mal-aimé des gens du pouvoir. Venu à la Mostra de Venise flanqué de la sculpturale actrice roumaine Monica Birladeanu pour défendre Francesca, film roumain de Bobby Paunescu en compétition, il apprend que la projection dans une salle à Venise est interdite suite à une plainte en justice déposée par le maire de Vérone, Flavio Tosi et la députée Alessandra Mussolini. Francesca est sans doute la plus virulente dénonciation de la vague de xénophobie qui sévit dans l'Italie du nord. Encore une fatwa de la Ligue du Nord que Rushdie mettra à son palmarès...
La projection officielle de Francesca n'a pourtant pas posé de problème au Lido.

Nouvelle plus heureuse cette fois, le projet du film sur Mawlana, le grand poéte mystique Jalal eddine Rumi (XIIIè siècle) avance bien et la fille de l'émir du Qatar, Sheikha Mayassa, a dit qu'elle y consacrera un budget de 25 millions de dollars. Doha va aussi créer un nouveau festival avec l'aide de Robert de Niro, directeur du festival newyorkais de Tribeca. On espère qu'une copie du film sur Rumi atterrira un jour à la grande Zaouia de Mostaganem !

Mostaganem où Merzak Allouache a tourné Harragas, coproduit par le ministère de la culture, présenté lundi à la Mostra de Venise dans la section "journées des auteurs". Il s'agit bien d'un film d'auteur : Merzak Allouache est revenu aux thèmes sérieux, profonds (Gatlato) et il a très bien amorcé ce retour en renouvelant la manière de raconter l'odyssée de ces jeunes poussés par un blues incurable, une envie de voir le monde et de fuir loin du triste quotidien et qui affrontent les mers. Récit forcément tragique, minimal, un huis clos dans une barque. On retiendra ce sentiment incroyable de défiance qui anime les intrépides voyageurs que Harragas a su bien rendre. Merzak Allouache présentera ces jours-ci son film en avant-première à Oran. La Mostra lui a réservé un excellent accueil. Un des plus talentueux cinéastes italien, Francesco Maselli, est venu personnellement présenter Harragas à la Sala Perla.

Après avoir fait le portrait de Fidel Castro, le cinéaste américain Oliver Stone achève son périple en Amérique latine avec un documentaire vraiment remarquable : South of the Border. Série de portraits vivants des présidents Hugo Chavez (Venezuela), Evo Morales (Bolivie), Christina Kirchner (Argentine), Fernando Lugo (Paraguay), Lula da Silva (Brésil), Raphael Corréa (Équateur) et Raul Castro (Cuba). Le travail d' Oliver Stone se distingue très nettement de la propagande des grands médias nord-américains,dont le prototype exécrable est Fox News.

On pourrait dire que Michael Moore a appris son métier sur le tas, très jeune. Dans son nouvel opus Capitalism: A Love Story, le déclenchement c'est son retour dans sa ville natale Flint dans le Michigan, là où son père a travaillé 30 ans et s'est fait virer par la General Motors. De là est venu son désir de témoigner et d'exprimer sa haine des banquiers, des chefs d'entreprises, du capitalisme dans sa forme la plus détestable. Il témoigne donc avec vigueur de ce qu'il voit : ces milliers d'honnètes travailleurs qu'on expulse de leurs maisons. Chiffres à l'appui, images-choc, Michael Moore dit tout le calvaire américain consécutif à la crise et les 14.000 emplois perdus chaque jour.
Mais le bouillonnant cinéaste parait sans aucune illusion, malgré l'espoir du changement voulu par Barak Obama. Interrogé de ce que le public américain retiendra finalement de son film, Michael Moore a répondu : "des popcorns !".

Azzedine Mabrouki

haut de page


   liens films

Harragas 2009
Merzak Allouache


   liens artistes

Allouache Merzak


Moore Michael


Müller Marco


Obama Barack


Stone Oliver


   vnements

23/07/2009 > 31/07/2009
festival |Algérie |
Festival du film arabe d'Oran - FIFAO 2009
3ème édition

02/09/2009 > 12/09/2009
festival |Italie |
Mostra de Venise 2009 (Venezia 66)
66ème Mostra.

   liens structures

Baya films
Algérie | ALGER

Canal+
France | Issy-Les-Moulineaux Cedex 9

Doc & Film International
France | PARIS

Dog Eat Dog Films
États-Unis | LOS ANGELES

El Watan
Algérie | ALGER

France 2 Cinéma (ex France Films A2)
France | PARIS

Librisfilms
France | PARIS

Paramount Vantage
États-Unis | LOS ANGELES

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>