actuellement 16233 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
03/03/2010
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Kiné Sène


Itchombi de Gentille Menguizani Assih (Togo)


Jean-Marie Barbe


Angèle Diabang


Yandé Codou Sène dans Yandé Codou, La griotte de Senghor, de Angèle Diabang (Sénégal)


Le collier et la perle, de Mamadou Sellou Diallo (Sénégal)


Le collier et la perle, de Mamadou Sellou Diallo


El Hadji Sani Magori


Pour Le meilleur et pour l’oignon, de Sani Magori (Niger)


Sani Magori brandissant son trophée du Meilleur long métrage documentaire (African Movies Awards, AMAA 2009) décerné à Pour Le meilleur et pour l’oignon


Trophée du Meilleur long métrage documentaire (African Movies Awards, AMAA 2009) décerné à Pour Le meilleur et pour l’oignon


Danny Glover et Sani Magori aux AMAA (African Movies Awards), le 05 avril 2009


Malam Saguirou


La Robe du temps, de Malam Saguirou (Niger)


La Robe du temps, de Malam Saguirou


Autopsie d’une succession, d'Augustin Talakeana (Togo)


Autopsie d’une succession, d'Augustin Talakeana


Boul Fallé, la voie de la lutte, de Rama Thiaw (Sénégal)


Waliden, enfant d’autrui, d'Awa Traoré (Mali)


Waliden, enfant d’autrui, d'Awa Traoré

retour
 
Démarche introspective, cinéma d'intervention sociale…
Le regard nouveau des jeunes cinéastes africains
Les jeunes cinéastes africains s'intéressent à l'évolution de leur société. Ils abordent, sous un angle parfois nouveau, divers sujets. De multiples approches en découlent dans les documentaires montrés les 20 et 21 février 2010 à l'Institut français de Dakar : la conservation de la mémoire, des pratiques de développement endogène, ou la narration de son vécu.

Les documentaires de la collection Lumière d'Afrique, projetés les 20 et 21 février 2010 à l'Institut français de Dakar, présentent une diversité dans les sujets traités. Les jeunes cinéastes africains portent leur regard sur leur société. D'un pays à un autre, leurs préoccupations sont diverses, parfois complémentaires. Les réalisateurs nigériens, Malam Saguirou dans le film La Robe du temps et Sani Magori Pour Le meilleur et pour l'oignon se sont intéressés au développement endogène. Dans les deux cas, l'initiative privée est mise en exergue dans la prise en charge par les paysans de leur propre devenir.

Dans certains films, les réalisateurs semblent être guidés par la même démarche. C'est notamment le cas du Sénégalais Mamadou Sellou Diallo avec Le Collier et la perle et la Malienne Awa Traoré dans Waliden, enfant d'autrui. Leur vécu a été porté à l'écran.

Pour le premier film, c'est l'angoisse de voir sa fille naître et grandir dans une société où les violences faites aux femmes sont fréquentes. Diallo raconte son rapport avec la femme et son corps, la naissance et la souffrance. Et comme il l'a relevé lui-même lors de la projection de son film, "c'est l'inquiétude que j'ai ressentie, en tant que père, pour ma fille que j'ai voulu exprimer face à un monde où les femmes sont violées et massacrées".
Quant à la réalisatrice malienne Awa Traoré, elle a retracé son expérience de "Waliden", c'est-à-dire d'enfant confié. Pour les deux documentaires, souligne le critique de cinéma, Baba Diop, c'est une approche nouvelle. "Mamadou Sellou Diallo a eu moins de pudeur à interroger son avenir et Awa Traoré se questionne par rapport à son vécu", note-t-il.

Le travail de la préservation de la mémoire est aussi pris en compte par les jeunes cinéastes. La Sénégalaise Angèle Diabang Brener dans Yandé Codou, La griotte de Senghor et le Togolais Augustin Talakeana, avec Autopsie d'une succession, parlant de la succession du président Gnassigbé Eyadéma par son fils Faure s'y sont intéressés.
Le thème de la modernité et de la tradition a capté l'attention des jeunes. "On n'est plus devant un cinéma d'opposition entre la modernité et la tradition, mais dans une continuité", relève Baba Diop, présentateur des différents films.
Le film Itchombi de la Togolaise Gentille Menguizani Assih en est une illustration. La réalisatrice, sans remettre en cause la pratique de la circoncision, dit aux praticiens de son village : "Attention ! Le Sida existe, comment le prenez-vous en compte ?".
Les femmes filment les corps des hommes. Les réalisateurs, comme Mamadou Sellou Diallo, s'intéressent au corps des femmes dans Le Collier et la perle.

Jeunes, habitants pour la majeure partie, les villes, des cinéastes ont revendiqué leur appartenance à une certaine culture urbaine. C'est le cas de Rama Thiaw dans Boul Fallé, la voie de la lutte et Ça vibre dans nos têtes de Kassim Sanogo.

Cette nouvelle génération de cinéastes semble s'inscrire dans une certaine rupture par rapport aux aînés. La faiblesse de leurs films réside, cependant, dans le non approfondissement de la dimension esthétique. Les jeunes réalisateurs, nourris d'images de télévision, n'ont pas encore bien assimilé la différence entre un reportage et un documentaire.
Les dix films projetés, tous des moyens métrages, sont issus de la collection Lumière d'Afrique, édités sous forme de coffret Dvd par Africadoc. Ils sont produits entre 2008 et 2009 lors de résidences d'écriture et de production. Les réalisations, disponibles en salles pour le moment, seront commercialisées à partir du mois de juin, lors du Louma de Saint-Louis. Un marché de vente de produits du septième art organisé par Africadoc.

Fatou K. SENE

Pour en savoir plus : voir le site officiel [africadoc.net]

haut de page


   liens films

Boul Fallé 2008
Rama Thiaw

Ça vibre dans nos têtes 2008
Kassim Sanogo

Collier et la perle (Le) - Lettre d'un père à sa fille 2009
Mamadou Sellou Diallo

Itchombi 2008
Gentille Assih

Pour le meilleur et pour l'oignon ! 2008
Sani Elhadj Magori

Robe du temps (La) 2008
Malam Saguirou

Togo : autopsie d'une succession 2008
Augustin Batita Talakeana

Waliden, enfant d'autrui 2009
Awa Traoré

Yandé Codou, la griotte de Senghor 2008
Angèle Diabang


   liens artistes

Assih Gentille


Barbe Jean-Marie


Diabang Angèle


Diallo Mamadou Sellou


Diop Baba


Elhadj Magori Sani


Gueye Maty


Saguirou Malam


Sanogo Kassim


Sène Yandé Codou


Talakeana Augustin Batita


Thiaw Rama


Traoré Awa


   évènements

20/02/2010 > 21/02/2010
festival |Sénégal |
Festival "Lumière d'Afrique" 2010
L'Institut français s'associe à Africadoc pour présenter la collection Lumière d'Afrique sous la forme d'un festival

02/06/2010 > 10/06/2010
festival |Sénégal |
Louma 2010 - Rencontres Internationales du Documentaire Africain‏
2ème édition

   liens structures

Africadoc
France | Lussas

Ardèche Images
France | LUSSAS

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Institut Français de Dakar
Sénégal | Dakar

Université Gaston Berger de Saint-Louis
Sénégal | SAINT-LOUIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page