actuellement 17679 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
01/10/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Hassouna Mansouri est Rédacteur à Africiné Magazine




Karim Sayad, réalisateur suisse-algérien


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Tournage du film


Tournage du film


Tournage du film


Tournage du film


Tournage du film


Le réalisateur avec son Prix de Soleure 2018


Karim Sayad, cinéaste


FIFF 2018

retour
 
Des Hommes et des moutons, de Karim Sayad
Qui sont les vrais moutons?
Festival International du film francophone (28 sep- 5 oct 2018)


Dans le cadre du 33ème Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF 2018), Karim Sayad vient présenter son deuxième documentaire intitulé Des Hommes et des moutons. Le jeune cinéaste algérien semble avoir toutes les chances pour une consécration bien méritée. À l'instar de son film précédent, Babor Casanova, Karim Sayed semble avoir fait un choix clair en matière de sujet. Il traite des jeunes des quartiers populaires d'Alger. Il y a là comme une volonté affichée de réhabiliter ces zones marginales, voire marginalisées, en leur donnant une visibilité qui semble leur être confisquée. C'est aussi une manière de donner la parole à une jeunesse qui navigue à vue d'oeil, sans perspective sinon un combat au quotidien pour prendre goût à la vie.






Le combat, il en est question effectivement dans Des Hommes et des moutons, celui des moutons, offrande que l'on prépare pour la fête musulmane du sacrifice. Ce sont des moutons que l'on achète quelques mois avant la fête et que l'on nourrit, entraîne, aime peut-être, et que l'on fait participer à des combats de quartiers, voire même entre villes. Pendant la moitié d'une année, beaucoup de jeunes vivent au rythme du commerce des moutons, de leurs soins, de leur entraînement et de leurs combats jusqu'à l'apothéose de leur sacrifice. Comme si la valeur de l'offrande gagne en importance en fonction de l'affection qu'on lui porte et du mérite dont elle fait preuve.

Traiter des moutons est bien sûr une manière de traiter des hommes par ricochet. Le sujet principal, ce sont tous ces jeunes qui investissent tant d'énergie dans ce rituel cyclique dont ils ne sortiront probablement jamais. D'où le choix judicieux des deux protagonistes: Habib, 16 ans, avec El Bouq, son mouton et Samir, la quarantaine passée et encore dans le commerce des moutons d'offrande. Derrière eux, beaucoup d'autres jeunes et moins jeunes logés à la même enseigne. En arrière plan, une société dans une impasse comme l'on entend de temps à autre à la radio : on martèle un message politique sur la volonté de relance économique en laquelle personne ne semble croire. Désillusionnée, la jeunesse des quartiers populaires investit toute son énergie dans une activité, qui lui donne peut-être de l'émotion, mais en tout cas, elle l'occupe de penser au long terme: Habib ne deviendra jamais vétérinaire et Samir ne semble pas trop convaincu que son fils fera autre chose que lui.

Cette activité dont la légalité est plus que douteuse, semble être tolérée par les autorités. Elles y trouvent une distraction dans tout ce que cela pourrait signifier. A travers cette habitude, Karim Sayad met le doigt sur un aspect du mal qui ronge la société algérienne : une économie non structurée, une politique en mal d'inspiration et incapable de proposer une perspective d'avenir pour la jeunesse. Celle-ci ne peut que s'enliser dans de fausses illusions et dans la préoccupation quotidienne de tuer le temps, manière de se tuer soi-même à petit feu, à défaut de tout espoir de préparer le futur.

par Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Des moutons et des hommes (Of Sheep and Men) 2017
Karim Sayad


   liens artistes

Bertossa Joëlle


Sayad Karim


   vnements

09/09/2017 > 15/09/2017
festival |Algérie |
Rencontres cinématographiques de Bejaia 2017
15ème édition.

22/09/2017 > 29/09/2017
festival |Égypte |
El Gouna Film Festival - GFF 2017
1ère édition.

23/08/2018 > 26/08/2018
festival |Suisse |
Festival cinémas d'Afrique - Lausanne 2018
13e édition

28/09/2018 > 05/10/2018
festival |Belgique |
FIFF - Festival International du film francophone de Namur 2018
33ème édition.

   liens structures

Autlook Filmsales
Autriche | WIEN

Close Up Films
Suisse | Genève

Doha Film Institute (DFI)
Qatar | DOHA

Norte Productions / Norte Distribution
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>