actuellement 16418 films recensés, 2769 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
12/07/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Noureddine Mhakkak




Sembène Ousmane


Le cinéaste Daoud Aoulad Syad (chemise blanche) et le critique Noureddine Mhakkak (costume noir) à Khouribga 2008






Où vas-tu Moshé ? (Finemachiyamoché)














Le Cuisinier du président (Tabbakh El-Rayes طباخ الريس)












Moumen Smihi


Khouribga 2008

retour
 
11ème festival du cinéma africain de Khouribga (Maroc)
Le cinéma africain rayonne

Qui dit cinéma dit en premier lieu la vie qui se reflète en image. Et qui dit un festival dit aussi une fête où cette vie peut se représenter avec beaucoup de charme et beaucoup de lumière. C'est pour cela qu'on peut dire à haute voix que chaque festival de cinéma est une occasion de voir et de revoir les images lumineuses de la vie.
Depuis un certain temps, la ville de Khouribga, cette belle ville marocaine, s'intéresse (avec un cœur ouvert) au cinéma, et en premier lieu au cinéma africain. Ce cinéma qui ne peut qu'être un miroir vivant qui nous donne une représentation visuelle de la vie globale de l'Afrique.

L'association du festival du cinéma de Khouribga fête cette année sa onzième édition. Elle a pu offrir à tous ceux qui aiment la vie, des moments agréables pour voir du vrai cinéma, le cinéma qui fait éloge de la vie et de l'amour, et bien sûr de la tolérance.
Durant cette édition qui s'est déroulée entre le 19 et 26 juillet 2008 il y avait des bons films à voir. Comme d'habitude, le programme est très riche.

Commençons d'abord par le film d'ouverture : Moolaadé du grand réalisateur africain Sembène Ousmane (Sénégal), qui défend la liberté des femmes et surtout des jeunes filles contre les anciennes traductions qui se montrent ici à travers l'acte de purification (l'excision). Un chef d'œuvre du cinéma africain à voir.

Les films de la compétition

Faro, la reine des eaux de Salif Traoré (Mali) parle des problèmes d'un homme en cherchant son identité avec toutes ses forces, puisqu'il ne connaît pas son vrai père. Cela le perturbe profondément dans sa vie et pour son avenir avec la femme qu'il a choisi comme une épouse.
Djanta de Tahirou Tasséré Ouédraogo (Burkina Faso) aborde l'histoire d'une jeune femme qui a décidé de vivre sa propre liberté dans un monde clos par ses traditions.
Quant à Il va pleuvoir sur Conakry de Cheikh Fantamady Camara (Guinée), il traite lui aussi l'envie d'un homme qui préfère déterminer sa propre vie que de continuer le chemin tracé par son père dans une société patriarcale.
Hassan Ben Jelloun (Maroc) porte au cinéma la migration clandestine des juifs marocains au début des années 1960 avec Où vas-tu Moshé ?.
L'appel des arènes de Cheikh Ndiaye (Sénégal) raconte l'histoire le destin de deux jeunes hommes venant de milieux tout à fait différents.
Africa Paradis de Sylvestre Amoussou (Bénin) nous fait rêver d'une Afrique supérieure et très puissante par rapport aux autres continents dans un futur bien imaginé.
Rome plutôt que vous, de Tariq Teguia (Algérie) parle de la situation de l'Algérie à travers la vision de deux jeunes Algérois, Zina et Kamel.

Nouri Bouzid (Tunisie) nous montre le parcours d'un personnage à travers sa destinée qui évolue de la danse vers l' intégriste dans Making off.
Tartina City de Issa Serge Coelo (Tchad) suit le parcours d'un journaliste dans les terribles prisons souterraines.
Bamako de Abderrahmane Sissako (Mauritanie) aborde la destinée d'une chanteuse et de son mari chômeur.
Mon nom est Tsotsi de Gavin Hood (Afrique du sud) suit un jeune homme vivant dans un présent plein de haine et qui n'a pas pu dépasser son dur passé d'orphelin.
La vie d'un policier véreux est le sujet du film Le chaos de Youssef Chahine et Khaled Youssef (Egypte).
Dans Le cuisinier du président de Said Hamed (Egybte), un simple citoyen va rencontrer par hasard le président de la république qui apprécie fort ses mets.
En attendant Pasolini de Daoud Aoulad Syad (Maroc) traite des problèmes des figurants de cinéma.
Munyurangabo de Lee Isaac Chung (Etats-Unis), qui se déroule au Rwanda, porte sur l'amitié qui va dépasser les épreuves du passé terrible.
À travers le parcours d'Antoine Kolosoy dit "Papa Wendo", On the rumba river de Jacques Sarasin (R.D. Congo) nous donne une vision sur la rumba congolaise.

Progrès artistique remarquable

Ces films abordent les problèmes sociaux de ce continent, parlent de ses traditions anciennes et donnent une vision générale mais bien précise de son regard vers l'avenir ainsi que ses ambitions de développement.
En effet, ces films nous montrent le niveau de ce cinéma africain qui connaît un progrès artistique remarquable, soit au niveau des thèmes traités soit quant à la maîtrise des techniques cinématographiques.
C'est pour cela que presque tous ces films ont été honorés par le Jury.

Ces prix qui sont attribués ainsi :
1- Le grand prix du festival "Ousmane Sembène" pour le film Il va pleuvoir sur Conakry du réalisateur guinéen Cheikh Fantamady Camara.
2- prix du jury, pour le film Tartina City du réalisateur tchadien Issa Serge Coelo.
3- Le prix de la cinéphilie marocaine "Don Quichotte" pour le film En attendant Pasolini du réalisateur Daoud Aoulad Sayed.
4- Le prix du meilleur scénario, pour le film En attendant Pasolini du réalisateur Daoud Aoulad Sayed.
5-Le prix du meilleur montage, pour le film Making Of du réalisateur tunisien Nouri Bouzid.
6-Le prix de la meilleure image, pour le film Où vas-tu Moshé ? du réalisateur marocain Hassan Benjelloun.
7- Le prix de la meilleure interprétation féminine est attribué à l'actrice Sandra Soubeiga, pour son rôle dans le film Djanta du réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo (Burkina Faso).
8- Le prix de la meilleure interprétation masculine a été décernée à l'acteur égyptien Khalid Zaki pour son rôle dans Le cuisinier du Président par Said Hamed.

Trois films ont particulièrement ému le jury qui les a couronné par des prix honorables : Le Chaos de Youssef Chahine et Khalid Youssef (Egypte), Tsotsi de Gavin Hood (Afrique du Sud), et Bamako d'Abderrahmane Sissako (Mauritanie).
En outre, un hommage a été rendu à deux grands cinéastes arabes : le Marocain Moumen Smihi, et l'Égyptien feu Atef Tayeb.

Ainsi le cinéma a pu prendre son vrai temps dans ce célèbre festival.

Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Africa paradis 2005
Sylvestre Amoussou

Appel des arènes (L') 2005
Cheikh A. Ndiaye

Bamako 2006
Abderrahmane Sissako

Chaos (Le) [réal. Chahine] 2007
Youssef Chahine, Khaled Youssef

Cuisinier du président (Le) | Tabbakh El-Rayes | طباخ الريس 2007
Said Hamed

Djanta 2006
Tahirou Tasséré Ouédraogo

En attendant Pasolini (Fi Ntidhar Pasolini) 2007
Daoud Aoulad-Syad

Faro, la Reine des Eaux 2007
Salif Traoré

Il va pleuvoir sur Conakry 2006
Cheick Fantamady Camara

Making of, le dernier film 2006
Nouri Bouzid

Mon nom est Tsotsi 2005
Gavin Hood

Moolaadé 2003
Ousmane Sembène

Munyurangabo 2007
Lee Isaac Chung

N'Djamena City 2006
Issa Serge Coelo

On the Rumba River - Wendo 2006
Jacques Sarasin

Où vas-tu Moshé ? (Finemachiyamoché) 2007
Hassan Benjelloun

Rome plutôt que vous (Roma wa la N'touma) 2007
Tariq Teguia


   liens artistes

Amoussou Sylvestre


Aoulad-Syad Daoud


Benjelloun Hassan


Bouzid Nouri


Camara Cheick Fantamady


Chahine Youssef


Chung Lee Isaac


Coelo Issa Serge


El Tayeb Atef


Hamed Said


Henidi Mohamed


Hood Gavin


Kolosoy Wendo


Moustapha Dalia


Ndiaye Cheikh A.


Ouédraogo Tahirou Tasséré


Sarasin Jacques


Sembène Ousmane


Sissako Abderrahmane


Smihi Moumen


Teguia Tariq


Traoré Salif


Youssef Khaled


   évènements

19/07/2008 > 26/07/2008
festival |Maroc |
Festival du cinéma Africain de Khouribga (FCAK) 2008
11ème édition

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page