actuellement 16328 films recensés, 2757 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
15/03/2010
Autre(s) version(s) de ce texte :

anglais
Ventesima edizione del Festival del cinema africano, d'Asia e d'America Latina (Milan)

» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival
retour
 
20ème Festival de Milan (15-21 mars 2010)
Majeur et désormais émancipé

2008, la majorité

Le festival Cinema Africa d'Asia e America Latin a fêté en 2008 ses 18 ans, avec le sentiment d'être pleinement devenu majeur.
La reconnaissance internationale ne trompe pas. Au plan local aussi : un public nombreux se presse dans les 6 salles qui accueillent l'événement dans le centre ville de Milan. Le festival s'adosse sur le COE (Centro Orientamento Educativo), association de volontaires laïques chrétiens engagés en Italie ainsi que dans d'autres pays du monde pour le développement d'une culture du dialogue et de la solidarité. Le COE distribue des films et édite des DVD.
La majorité venant, outre son secrétariat sis au siège du COE à Milan, le festival a souhaité disposer d'un espace convivial. Il a ainsi inauguré en 2008 son Festival Center qui permet les rencontres formelles et informelles dans le Casa del pane.

Comme tous les grands festivals qui se respectent, Milan offre une conférence de presse. Cela se passe à 10h, avec les réalisateurs et acteurs des films projetés la veille.
Ainsi celle qui a réuni Alex OGOU (France, acteur principal du long métrage Il va pleuvoir sur Conakry réalisé par Cheick Fantamady CAMARA, Guinée), Lee Isaac CHUNG (USA, réalisateur de Munyurangabo) Mohamed ACHAOUR (Maroc, réalisateur de Percussion Kid, 16 min), Fernando Vicentini Organi (Italie, réalisateur-producteur de Zulu Meets Jazz) et Samy Elhaj (Tunisie, réalisateur de Fooska, 26 min). Cela permet évidemment d'aller plus loin dans les films et d'évoquer les aspects de production.

Sur les 5 films, 4 ont été tournés en vidéo numérique (Fooska a été kinescopé) : seul Munyurangabo a été filmé en 35 mm). Les maigres budgets ont conduit à ce choix, car "avec la vidéo, on perd la discipline, la sacralité du rituel (changement de bobines), la préciosité de la bobine de pellicule" selon Mohamed Achaour qui avance néanmoins avoir apprécié la légèreté apportée par sa Panasonic (HDVX 100 progressif). Achaour disposait de 20.000 euros et n'en a utilisé que 19.000. [note 1]
Alex Ogou, acteur principal (Bangali Bayo, BB) d'Il va pleuvoir sur Conakry, lui-même directeur de la photo (et réalisateur) de documentaires et vidéoclips, analyse que le choix de la vidéo laisse plus de latitude pour tourner et au besoin retourner des scènes.

2009, année Sembène

En réalité, Sembène Ousmane avait été honoré à Milan en 2008 déjà.
Le festival avait organisé une conférence conjointe avec moi pour une approche historique et sociologique, la flamboyante Thérèse Mbissine Diop (interprète immortelle de Diouna dans La Noire de..., en 1966) ainsi que celui qui connaît le mieux l'œuvre du Doyen des cinémas africains, Clarence Delgado.
Le réalisateur de Borom Sarret (1962) avait choisi de signer de son nom de famille suivi de son prénom (ce qui amène pas mal de confusion chez nombre d'auteurs pensant qu'il se prénomme Sembène) pour traduire la violence de la situation coloniale (pour parler comme Georges Balandier). Il n'a jamais pu se remettre à l'endroit puisqu'il décède le 09 juin 2007. Cette conférence visait à rappeler sa place importante.
C'est donc tout naturellement que le festival de Milan s'est joint au projet de la revue Africultures de publier une monographie avec les plus grands spécialistes mondiaux. L'édition italienne parue chez Il Castoro (Milan) est légèrement différente de la version française du numéro spécial 76 d'Africultures. Elle comporte notamment une interview de Tahar Cheriaa, fondateur des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC, Tunis), complice de Sembène ainsi que des critiques sélectionnées par Alice Arecco, Alessandra Specile et Annamaria Gallone.
La FNAC de Milan a accueilli la présentation officielle du livre, en présence du grand écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop, membre du jury et des coordonnateurs du livre Sembène Ousmane.
Cette édition a vu la participation des cinéastes Mohammed Soudani (Algérie), Khaled Ghorbal (Algérie), Rashid Masharawi (Palestine), Natalie Haziza (Afrique du Sud, Israël).

20 ans et toutes ses dents

La vingtième édition montre toute la vitalité d'un festival qui en veut, avec une équipe dynamique et conviviale qui aime le cinéma.
Une session spéciale célèbre ces vingt ans avec 6 films comme les différentes parties qui composent l'Afrique (Ouest, Est, Centre, Nord, Sud et Diaspora), même si, pour une fois, ce n'est pas l'Afrique Occidentale qui est en surnombre.
En effet, l'Afrique Centrale affiche deux films : Sango Malo (Cameroun, 1991) d'Émile Bassek Ba Kobhio et Pièces d'identité (Congo Démocratique/Belgique, 1998) de Mweze Dieudonné Ngangura. Bassek Ba Kobhio adapte ici son roman éponyme où un jeune maître d'école a des idées jugées subversives par sa hiérarchie, tandis que Mweze Ngangura suit les déboires du roi Mani Kongo en Belgique.
Les Silences du Palais (Tunisie, 1994) représente magnifiquement l'Afrique du Nord, tant le film de Moufida Tatli est poignant et d'une sublime beauté (l'envoûtante musique d'Anouar Brahem lui fait atteindre des sommets). Monteuse réputée, la réalisatrice tunisienne signe ici un film sans fioritures qui mérite d'être classé au rang des plus grands films de la cinématographie mondiale.
Alors que le Burkina, l'Afrique, sinon le monde, venait de perdre (en 1987) un de ses dirigeants qui aura le plus porté aux cimes le respect de la fonction présidentielle (servir le peuple et non se servir de la patrie), sans l'air d'y toucher, Idrissa Ouédraogo livrait Tilaï (Burkina Faso, 1990). La trahison familiale, la fidélité des sentiments, sert de trames à cette histoire lumineuse joliment mise en boîte.
À son retour de voyage, Saga trouve son père installé dans le lit de la jeune femme qui lui était promise. Cependant le père félon n'a pas réussi à prendre le cœur de Nogma qui est toujours amoureuse de son merveilleux chasseur. Il érige son fils aîné en rival et son fils cadet en assassin, avec la complicité du village.
Alors que Teza (Ethiopie, 2008) - qui a valu à Haile Gerima une flopée de prix - s'apprête enfin à sortir en salles en France, le festival de Milan sélectionne ici Sankofa (1993, Ethiopie/USA). Le génial réalisateur y triture son thème favori : l'histoire.
Établi depuis 1972 aux États-unis, Haile Gerima a fini par être rangé parmi les cinéastes Africains Américains. À l'opposé, Raoul Peck - qui a vécu jeune au Zaïre (actuel Congo RDC) et ayant fait deux films sur Lumumba - a fini par être confondu avec les cinéastes africains. L'homme sur les quais (Haïti, 1993), qui représente ici la sixième partie du continent africain, rappelle que ce qui meut Raoul Peck c'est de démonter la mécanique des pouvoirs (politiques ou judiciaires) et leurs possibles dérives quand nul contrepouvoir ne peut s'exprimer.

La grande affaire 2010 en Afrique

L'évènement, c'est la coupe du monde qui se déroulera ce mois de juin 2010 en Afrique du Sud. Au royaume du célèbre Milan AC, club mythique de football, le cinéma ne pouvait être en reste avec la section thématique "Africa nel Pallone". Avec comme figure de proue, Le Ballon d'or (Cheick Doukouré, Guinée/France, 1992). Ce film qui a enregistré des centaines de milliers de spectateurs en France dresse le portrait du footballeur Salif Keita, une des anciennes gloires du club de Saint-Étienne, à travers le parcours du petit Bandian.
Parmi les films attendus citons juste Fahrenheit 2010 (Craig Tanner, Australie, Afrique du Sud, 2009), Entre la coupe et l'élection (documentaire de Monique Phoba et Guy Kabeya autour de la sélection du Congo à la Coupe du Monde en 1974), Il mercato della coppa d'Africa (Corrado Zunino, Italie, 2008) et More Than Just a Game (Junaid Ahmed, Afrique du Sud, 2007). Ce dernier est un récit sur l'équipe de football des prisonniers politiques à Robben Island (où fut emprisonné Mandela). Anthony Syze qui apparaît dans le film (avec quatre autres militants) sera présent à Milan pour des rencontres avec le public le jeudi 18 mars au Spazio Oberdan et deux fois le vendredi 19 à la librairie la Feltrinelli (Piazza Piemonte 2) dont une séance scolaire.

Oublie l'Afrique

Le Festival de Rotterdam (IFFR, Hollande) a marqué un grand tournant avec un programme original Where is Africa dans lequel s'insère une autre programmation : Forget Africa. L'initiatrice, Inge de Leeuw (IFFR, Pays Bas), viendra présenter l'initiative. Nous reviendrons sur Where is Africa.
Forget Africa emmène des réalisateurs de différentes nationalités (États-unis, Philippines, Malaisie, Singapour, Pays-Bas, Indonésie, Autriche, Chine, Allemagne et Thaïlande) en Afrique Noire (Congo, Cameroun, Tanzanie, Ouganda, Kenya, Malawi, Mozambique, Rwanda, Afrique du Sud, Zambie).
Les films sont de longueurs différentes (court, moyen et long métrage) variant en 15 et 71 minutes.

Ouvert sur le monde
Si l'Afrique occupe une place de choix, l'Amérique Latine et l'Asie ne sont pas en reste.
Dans la Compétition "Lungometraggi Finestre sul Mundo" ("Longs Métrages Fenêtre sur le Monde"), Mansour Sora Wade (Les feux de Mansaré, Sénégal), Raja Amari (Dowaha, Tunisie), Nassim Amaouche (Adieu Gary, Algérie/France) se la disputent à Buddhadeb Dasgupta (Janala, Inde), Gabriela David (La mosca en la ceniza, Argentine) et Rigoberto Perezcano (Norteado, Mexique/Espagne), Mostofa Sarwar Farroki (Third Person Singular Number, Bangladesh) et Ounie Lecomte (Une vie toute neuve, Corée du Sud/France).
Tout cela sous l'arbitrage de Raoul Peck qui concourt avec Moloch Tropical (Haïti/France), très attendu. Outre Sometimes in April (2005), son dernier film Lumumba (2000) reste dans les annales.
Ces trois longs métrages africains (Les feux de Mansaré, Dowaha, Adieu Gary) participent aussi à la compétition du Meilleur Film Africain (Miglior Film Africano).
Les documentaires et courts métrages jouent aussi leur partition dans leurs sections dédiées. Mati Diop, fille du grand compositeur et directeur artistique Wasis Diop (donc nièce du cinéaste feu Djibril Diop Mambéty), nous arrive avec son court métrage Atlantiques. Primée au 10ème édition SONGES D'UNE NUIT DV, elle aura néanmoins fort à faire face à Foued Mansour dont La raison de l'autre est d'une très haute maîtrise technique coulée dans une histoire touchante sur la dignité. Sans oublier Un transport en commun (Saint-Louis Blues) de sa compatriote Dyana Gaye dont Azzedine Mabrouki a dit ici sur Africiné tout le bien qu'il en pense.
Tous les résultats seront connus samedi.

Le film d'ouverture de ce soir n'est ni d'Afrique, ni d'Asie ni d'Amérique Latine, pourtant il trouve toute sa place dans ce festival. Nominé aux Oscars, outre un palmarès kilométrique, Precious est étasunien. Réalisé par Lee Daniels, un Afro-Descendant, le rôle principal est tenu par Gabourey Sidibé, actrice métisse : sa mère est Africaine-Américaine et son père Sénégalais.

Thierno I. Dia

[(note 1)] Le CCM soutient avec vigueur la production nationale en apportant une importante quote part (70%) du budget des films. Un cinéaste qui aligne 3 courts métrages dispose de la possibilité d'avoir une aide à financière pour un long métrage. C'est une politique originale à applaudir et à encourager.

haut de page


   liens films

Adieu Gary 2009
Nassim Amaouche

Atlantiques 2009
Mati Diop

Ballon d'or (Le) 1993
Cheik Doukouré

Borom Sarret 1963
Ousmane Sembène

Entre la coupe et l'élection 2007
Monique Phoba MBEKA, Guy Kabeya Muya

Fahrenheit 2010 2009
Craig Tanner

Feux de Mansaré (Les) 2009
Mansour Sora Wade

Fooska 2007
Samy El Haj

Homme sur les quais (L') 1992
Raoul Peck

Il va pleuvoir sur Conakry 2006
Cheick Fantamady Camara

Moloch Tropical 2009
Raoul Peck

More Than Just A Game 2007
Junaid Ahmed

Munyurangabo 2007
Lee Isaac Chung

Noire de... (La) 1966
Ousmane Sembène

Percussion Kid 2007
Mohamed Achaour

Pièces d'identité 1998
Mweze Dieudonné Ngangura

Precious 2009
Lee Daniels

Raison de l'autre (La) 2009
Foued Mansour

Sango Malo 1991
Bassek Ba Kobhio

Sankofa 1993
Haile Gerima

Secrets (Les) - Dowaha 2009
Raja Amari

Silences du Palais (Les) 1994
Moufida Tlatli

Teza 2008
Haile Gerima

Tilaï (Question d'honneur) 1990
Idrissa Ouédraogo

Un Transport en commun (Saint-Louis Blues) 2009
Dyana Gaye


   liens artistes

Achaour Mohamed


Ahmed Junaid


Amaouche Nassim


Amari Raja


Ba Kobhio Bassek


Brahem Anouar


Camara Cheick Fantamady


Cheriaa Tahar


Chung Lee Isaac


Daniels Lee


Delgado Clarence


Diop Boubacar Boris


Diop Mati


Diop Thérèse Mbissine


Diop Wasis


DIOP Mambéty Djibril


Doukouré Cheik


El Haj Samy


Gerima Haile


Ghorbal Khaled


Kabeya Muya Guy


Mabrouki Azzedine


Mansour Foued


Masharawi Rashid


Ngangura Mweze Dieudonné


Ogou Alexandre


Organi Fernando Vicentini


Ouédraogo Idrissa


Peck Raoul


Phoba MBEKA Monique


Sembène Ousmane


Sidibe Gabourey


Soudani Mohammed


Tlatli Moufida


Wade Mansour Sora


   évènements

07/04/2008 > 13/04/2008
festival |Italie |
Festival du Cinéma Africain, d'Asie et d'Amérique Latine de Milan 2008
18e édition. Hommage spécial à Sembène Ousmane (1923-2007).

23/03/2009 > 29/03/2009
festival |Italie |
Festival du Cinéma Africain, d'Asie et d'Amérique Latine de Milan 2009
19ème édition.

27/01/2010 > 07/02/2010
festival |Pays-Bas |
Festival International du Fllm de Rotterdam 2010 (IFFR)
39 ème édition

15/03/2010 > 21/03/2010
festival |Italie |
Festival du Cinéma Africain, d'Asie et d'Amérique Latine de Milan 2010
20ème édition - "Razzismo è una brutta storia" (Le racisme est une vilaine histoire)

   liens structures

Africultures
France | Les Pilles

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Associazione Melisandra
Italie | Gènes

Bako Prod.
Guinée | Conakry

Centro Orientamento Educativo (COE)
Italie | Barzio

haut de page

   vidéos
   

 

UN TRANSPORT EN COMMUN (extrait) "Nomination Lutins 2010"
extrait

 

 

Entre la coupe et l'élection (Teaser)
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page