actuellement 18203 films recensés, 3176 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
 
filmographie
tous les textes à propos de cette personne
les liens autour de cette personne
retour
 

Diakité Moussa Kémoko
Acteur/trice | Réalisateur/trice
[envoyer un mail]

Nova Plus : Réalisateur/trice


DR

 

Moussa Kémoko Diakité est né en 1940 à Mamou en République de Guinée. Après des études au Centre national d'art dramatique de Paris au début des années 60, il part en Allemagne suivre des études supérieures en sciences théâtrales à l'université de Francfort, et devient assistant metteur en scène au sein du Théâtre de Francfort, puis assistant réalisateur au C.C.C Film à Berlin Ouest jusqu'en 1967. Moussa Diakité sera aussi l'assistant de Harald Reinl sur la grande fresque chevaleresque La Vengeance de Siegfried (Die Nibelungen) tourné entre 1965 et 1966. Au Frankfurt Schauspielhaus théâtre, il sera également l'assistant du metteur en scène Heinrich Koch sur l'adaptation de la pièce d'Eugène O'Neill Le Deuil sied à Electre (Trauer muß Elektra tragen).
De retour en Guinée, Moussa Kémoko Diakité joue dans le film du cinéaste Mohamed Lamine Akin Sergent Bakary Woolen dans lequel il interprète le rôle principal. Il passe ensuite derrière la caméra pour réaliser en 1969 deux courts­métrages éducatifs, Journal de la campagne agricole, puis Centre caféier de N'zérékoré.
Sous le régime de Sékou Touré, quelques 50 000 Guinéens ont été emprisonnés dans le sinistre camp Boiro et beaucoup y perdront la vie. La plupart des cinéastes guinéens ont été arrêtés et persécutés à cette époque, un véritable coup de massue pour la production artistique et cinématographique de toute une génération. Ils sont restés enfermés de quelques mois à une dizaine d'années. Moussa Diakité est, quant à lui, resté un an dans le camp Boiro suite à son arrestation en août 1970.
Il revient au cinéma en 1972 avec un court métrage documentaire sur la création du Parti Démocratique de Guinée (PDG) intitulé Le 14 mai 1970. Moussa Diakité tourne ensuite le documentaire, Hirde Dyama en 1972, sur le Festival artistique et culturel de Conakry de mars 1970, qui sera suivi la même année par le portrait de l'ancien président du Ghana Kwame Nkrumah, intitulé Hommage à Osagiéfo Kwame Nkrumah, ainsi qu'un documentaire sur la visite de Fidel Castro en Guinée.

Moussa Diakité signe en 1975 le long métrage documentaire L'Université à la campagne, et en 1978, Hafia, triple champion d'Afrique puis Le Sommet de Monrovia.
En 1982, il tourne son premier long métrage fiction Naïtou qui remporte un grand succès, dont la Mention spéciale du jury aux Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie et le prix de l'Unesco au Fespaco 1983 à Ouagadougou.
De 1986 à 1992, il dirige l'Office guinéen de publicité dont il est le fondateur. Moussa Kémoko Diakité prend ensuite la tête de l'Office National de la Cinématographie de Guinée jusqu'en 1999, date à laquelle il reprend ses activités de réalisateur et producteur indépendant après la création de sa société Nova Plus.
Moussa Kémoko Diakité réalise depuis des films institutionnels et assure les productions exécutives de tournages en Guinée comme L'enfant noir de Laurent Chevallier ou I.T. (Immatriculation Temporaire) de Gahité Fofana en 2000. Il développe actuellement un nouveau scénario de long métrage de fiction L'Héritier de Kanté, une métaphore sur les prises de pouvoir par les militaires en Afrique.

haut de page

 

 

 

filmographie

Naïtou (L'orpheline) 1982
Réalisateur/trice

Riziculture dans le Bagata 1969
Réalisateur/trice

Centre caféier de N'zérékoré 1969
Réalisateur/trice

Journal de la campagne agricole 1969
Réalisateur/trice

Hirde Dyama 1972
Réalisateur/trice

14 mai 1970 (Le) 1971
Réalisateur/trice

Funérailles de Kwame Nkrumah (Les) 1972
Réalisateur/trice

Université à la campagne (L') 1975
Réalisateur/trice

Hafia, triple champion d'Afrique 1978
Réalisateur/trice

Sport en Guinée (Le) 1978
Réalisateur/trice

Sommet de Monrovia 1978
Réalisateur/trice

Fidel Castro, un voyage en Guinée 1972
Réalisateur/trice

Fati et les autres 1995
Directeur/trice de la photo

haut de page

 

 

 

texte(s)
tous les textes à propos de Diakité Moussa Kémoko
   

 



Analyse
Cinéastes d'Afrique noire : parcours d'un combat révolu
Afriques 50 : Singularités d'un cinéma pluriel. (L'Harmattan, 2005)
Clément Tapsoba
publié le 08/01/2007 18:01:45
 

 

texte(s) sur le site Africultures.com



Reportage/festivals
Lille 2011 : hommage à Moussa Kemoko Diakité, doyen du cinéma guinéen
Olivier Barlet
publié le 21/04/2011 13:04:57
 

 



Entretien
De Sekou Touré à aujourd'hui
entretien d'Olivier Barlet avec le cinéaste Moussa Kemoko Diakité
Olivier Barlet
publié le 21/04/2011 12:04:26
 

 



Entretien
Naïtou, comédie musicale africaine
entretien de Fanny Leys avec Moussa Kemoko Diakité
Fanny Leys
publié le 01/04/2001 00:00:00
 

haut de page

 

 

 

lien(s)
autour de cette personne proposé(s) par les internautes

soyez le premier à ajouter un lien sur cet artiste :
   
 
  ajouter un lien
   

haut de page

 

 

 

Evènements
   

 

16/01/2008 > 17/03/2008
programme |France |
Africamania, Paris
Soixante films, cinquante ans d'histoire du cinéma africain. Jouez au concours en cliquant sur le lien de la cinémathèque et gagnez des billets pour Dakar et des coffrets DVDs.

 

 

11/04/2011 > 17/04/2011
festival |France |
Cinémondes - Festival international du film indépendant - 2011 -
Hommage au cinéaste guinéen, Moussa Kémoko Diakité, en sa présence.

 
   


haut de page

 

 

 

?>